Avertir le modérateur

28/07/2008

un jour ,je ferai le portrait du président !

« Serein ! » Dans le train qui l’emmène vers Carpentras (Vaucluse) pour participer au camp d’été des jeunes socialistes européens, Bertrand Delanoë est très détendu. En chemise, sans veste ni cravate, le maire de Paris se sent déjà en vacances. Demain, il partira pour trois semaines en Tunisie, trois semaines durant lesquelles il veut surtout « dormir, lire et faire du sport ».
Il espère que tous les dirigeants socialistes feront de même pour que « les esprits s’apaisent ». « Le spectacle que nous avons donné en début de semaine après le vote de la réforme des institutions et les critiques qui ont suivi à l’égard de Jack Lang est attristant », déplore le rival de Royal pour prendre la tête du PS.

« Quelque chose à la rentrée… ou à La Rochelle »

Plus que jamais, Delanoë veut apparaître comme celui qui ne dit jamais du mal de ses adversaires. Une attitude, analyse-t-il, qui peut en partie expliquer qu’il soit en tête des sondages sur la succession de François Hollande. « Je ne suis pas dans le marketing électoral et les Français le sentent », veut se convaincre le maire de Paris qui, tout en assurant ne pas donner trop d’importance aux sondages, ne boude pas son plaisir quand ils lui sont favorables. « Ségolène Royal est haute également, note Delanoë. Ça prouve qu’elle compte encore beaucoup, contrairement à ce que pensent certains qui veulent l’enterrer. » Après les vacances, ce sera l’université d’été du PS à La Rochelle, fin août. Lui qui n’est pas encore officiellement candidat à la succession de Hollande promet, là encore, d’y aller « en toute sérénité ». « Je ne serai pas sous tension et j’espère que ce sera le cas de tout le monde », sourit-il. Et de promettre qu’il fera « quelque chose à la rentrée… ou à La Rochelle ».

A Carpentras, hier, lors des trois heures passées auprès des jeunes socialistes européens, Delanoë prend soin de ne pas aborder les guerres internes au PS. Il souligne toutefois qu’il est en train de lire les 21 contributions socialistes. « Il y a des idées, mais j’ai parfois l’impression qu’on essaie de faire plaisir à tout le monde », lâche-t-il. Dans le camp, les jeunes militants français évitent eux aussi de trop parler de la bataille pour le poste de premier secrétaire. « Toutes ces guerres nous fatiguent, souffle Lucie sous un soleil de plomb. On ne veut pas faire la même chose ici, on veut donner une autre image des socialistes français devant nos camarades européens. » Cette militante de Haute-Loire est heureuse que Delanoë ait fait le déplacement pour l’après-midi. « Il est ouvert. Hier il y avait François Hollande, c’était bien aussi », remarque-t-elle. Razzie Hammadi, ancien président du MJS (les jeunes du PS), est également satisfait de croiser le maire de Paris. « Il incarne une espérance », reconnaît-il en s’empressant de s’interroger : « Mais est-ce que ce sera L’espérance ? »

Aujourd’hui, Delanoë assistera à l’arrivée du Tour de France à Paris. Peut-être se prendra-t-il à rêver d’être Maillot jaune au congrès de Reims… Mais novembre est encore loin et, s’il devance pour l’instant légèrement Royal dans les sondages, il est confronté au même problème que ses adversaires : il est encore loin d’être majoritaire au PS.

Le Parisien ( ce matin ) 

 

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu