Avertir le modérateur

03/03/2009

LEVALLOIS , SOIS SDF ET TAIS-TOI !!!

DSCN0133.JPGArt. 223-6
Quiconque pouvant empêcher par son action immédiate, sans risque pour lui ou pour les tiers, soit un crime, soit un délit contre l'intégrité corporelle de la personne s'abstient volontairement de le faire est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende.
Sera puni des mêmes peines quiconque s'abstient volontairement de porter à une personne en péril l'assistance que, sans risque pour lui ou pour les tiers, il pouvait lui prêter soit par son action personnelle, soit en provoquant un secours.

Personne en danger ...Philippe , étiez-vous une personne en danger , ce soir-là , mercredi 18 février 2009 ?
J'étais , depuis le 28 novembre 2008, " à la rue " après avoir vécu depuis 2006 comme un Levalloisien lambda qui fait ses courses au Leclerc , au Monoprix ...qui lit Infos-Levallois, qui a une carte de la bibliothèque municipale, fait partie du club d'échecs Potemkine ....et brutalement , la vie me précipite dans l'horreur que vivent tant d'autres , mais on imagine jamais que cela peut vous arriver ...

Quelle était votre profession avant les évènements ?
J'étais responsable " Relations Entreprises " dans une société spécialisée dans le Conseil financier et boursier , Small Caps Services , dédiée aux valeurs des Sociétés cotées sur le Second et le Nouveau Marché .

Vous avez interrompu votre carrière ?
oui , en Octobre 2001 , pour des raisons familiales , j'ai préféré sacrifier mon confort matériel à la protection d'un être cher .

On ne va pas dévoiler votre vie privée mais vous avez un enfant ?
Oui ,un fils né à l'hopital franco-britannique , le 11 avril 2008, dont je ne peux pas prendre soin, actuellement , à cause de cette situation.

Donc , vous vous retrouvez sans domicile le 28 novembre 2008 et que faites-vous ?
Je vais 1 rue Collange demander de l'aide aux services sociaux et là , j'explique à la référente , ma situation : à la porte de chez moi, sans papiers, sans carte de crédit , sans vêtements , je n'ai rien pu prendre .
Et...Elle me demande mes papiers ...Je m'en vais ...Je me dirige alors , vers la mairie , au CCAS ,
Centre communal d'action sociale ...pour la même demande de secours .
Il me faut d'abord une preuve de mon identité et faire des photographies ..je n'ai même pas 4 euros ...
La responsable du service me les donne car " ça va être difficile de débloquer une somme en urgence "

Il doit y avoir une procédure .
Puis , je retourne rue Collange avec un document qui prouve que " Je suis bien Moi "
-vous gagnez combien ?
-je touche 440 euros d'A.S.S- alors , là, on ne peut rien faire pour vous !
J'explique alors que j'avais rencontré au début du mois de Septembre , madame S.R , adjointe au maire , responsable de l'office de HLM et qu'à l'exposé de ma situation , du risque de voir mon enfant mis en famille d'accueil, elle m'avait répondu " je ne m'appelle pas S.R si je ne vous trouve pas un logement en 3 semaines...Dans le domaine public  "

Je la croyais sincère .
Du coup , la référente sociale se ravise et me dirige vers le relais pour SDF " à titre exceptionnel "

Vous vous y présentez ...
Oui, le gardien m'y accueille , mon nom est sur une liste, il me donne un nécessaire de toilette, un duvet, une couverture et m'accompagne à l'étage dans une chambre de 3 lits .
J'ouvre la fenêtre , l'odeur est pestilencielle , à cause des sacs des SDF.

Combien de temps allez-vous y rester ?
La règle est de partir au bout de 3 jours mais on me prolonge de 4 jours

Pourquoi ?
J'ai dit que j'étais en train de monter une société .
Le 7 ème jour, je me représente au CCAS pour un entretien avec la responsable et là, je rencontre l'adjointe au maire en charge des Services sociaux .
- vous travaillez , parait-il, vous avez un petit enfant à la pouponnière . Pour moi , il n'y a aucun problème , vous pouvez rester tant que vous voulez .Voulez-vous la chambre individuelle ?

Je décline poliment
Erreur !!!
Je voulais rester avec les autres compagnons d'infortune!
D'ailleurs cette chambre est toujours vide ...

Et les autres ?
Il y a 14 places .les autres , peu de français , des laotiens, des bulgares, des afghans, des africains

comment vont-ils ...psychologiquement ?
Alors là, c'est grave ! Il y en a qui ont des addictions , d'autres " prisonniers de leur film intérieur " .
Ils ne parlent pas , ne sourient pas .
Ils ont vécu des choses terribles ...l'un d'eux se sentait agressé par tout témoignage amical ;il avait peur qu'on l'empoisonne 

Il y a un suivi médical ?
Je résume :le relais nous procure une trousse de toilette , un lit et un toit de 18 h 30 le soir au lendemain matin, 7 h 30 .C'est tout et c'est déjà important mais pas suffisant .

Que font les clients du relais , dans la journée ?
Ils tournent ; ce sont les " derviches levalloisiens ", jusqu'au soir, dans le froid , sous la pluie, sans ticket de métro ou nourriture, sans argent  . Pas de quoi aller aux toilettes ...Certains sont malades . A mon arrivée ,j'ai emmené l'un d'eux à l'hopital .Il avait le bras gonflé et ne disait rien . Il lui fallait des médicaments .

En février 2009 , vous êtes encore au relais .
J'y suis resté longtemps parce qu'à aider l'un , puis l'autre à rédiger des C.V , à s'habiller correctement ...une équipe est née et ceux qui en faisaient partie ont bénéficié de la même faveur .

Pourtant , un samedi matin, la semaine dernière , précisément , c'est le drame ?

Oui , je me réveille , je descends faire le café ,sortir les bols et là , un des pensionnaires me saisit par les chevilles , en se baissant , me soulève de terre et me projette contre le solse jette sur moi et me roue de coups . Le concierge intervient , l'isole et appelle la police municipale à laquelle , il déclare :
Ils se sont juste pris la tête pendant le petit-déjeuner

et la police repart , alors qu'un troisième pensionnaire explique que cet homme est dangereux et a déjà tenté d'étrangler quelqu'un , les jours précédents et de le jeter dans les escaliers .

Que décidez-vous alors ?
Je me rends à l'hopital :mon corps est douloureux , je me sens choqué . Au Perpétuel Secours ..je passe tous les scanners possibles .
Je boite , je suis couvert de bleus , j'ai des coupures ( j'y passe la matinée )
Ensuite , je vais porter plainte à la police nationale .
L'officier de la P.J me demande d'aller au C.M.J de Garches , ce que je fais .

Quelle protection trouvez-vous à votre retour au relais ?
A ma grande surprise , le concierge me demande de dormir sous la table de la salle à manger .
Mon agresseur est toujours au relais .
Je n'en dors pas de la nuit ...

Pourquoi l'agresseur n'a t'il pas été interpellé ?
C'est un peu surprenant car ,d'après le règlement intérieur , toute personne créant des troubles se fait expulser immédiatement .
Le dimanche soir , il est encore là et 7 des pensionnaires viennent me confier qu'ils ont été également agressés par lui .

Que faites-vous ?
Je retourne dormir sous la table et le lendemain , la victime de la tentative d'étranglement me demande son assistance pour aller , à son tour ,déposer une plainte à la Police Nationale

Les services municipaux ont-ils été alertés ?
Les policiers nous avaient dit qu'il s'en chargeraient mais l'adjointe au maire était absente et injoignable pour le week-end .
le lundi, je me retrouve au CCAS, à la mairie où je suis reçu assez froidement .
- Monsieur L, après ce qui s'est passé ce week-end , vous ne pouvez plus rester au relais .

Je dépose sous ses yeux les 2 plaintes et un témoignage .
Je lui explique que le responsable incriminé est dangereux et que d'autres plaintes vont suivre .

Elle téléphone alors à l'adjointe au maire pour savoir quoi faire des victimes et de l'agresseur .
- l'urgence est de le faire partir , pas d'alerter la poice nationale , s'ils veulent le retrouver , ils le trouveront !

Quant à moi, on me recontactera !

Vous voulez dire que cette personne prend la responsabilité de laisser partir un individu dangereux pour lui et pour les autres , à une époque où on tente de rattraper les patients des prisons et des hopitaux psychiatriques évadés ...
Oui, je lui ai dit que cela n'avait aucun sens .

On m'a signifié que cela ne me regardait pas .
Moi , j'avais porté plainte pour qu'on le prenne en charge et protéger les autres .

Ensuite ?
On me donne rendez-vous avec l'adjointe au maire pour le mercredi soir suivant .
Quand je rentre au relais , les affaires de l'agresseur sont réunies devant la porte .
Quand il se présente , le gardien l'empêche de rentrer et lui dit
- écoute, mon frère, je sais que tu es un bon gars mais tu as deux plaintes aux fesses et un avis de recherche et à ta place , je tracerais et vite !
l'agresseur le remercie et s'en va .
Nous étions soulagés ...on ne l'a plus revu.
Vers 21 h , je suis réveillé : le gardien explique à des gens que nous étions cons d'avoir porté plainte
, que ce n'était pas grave.
Il a pourtant les plaintes sur le bureau ;
Je me lève ,je descends ;il est en compagnie de 2 policiers et je lui dis
-vous n'étiez pas là , vous n'avez pas le droit de minimiser ce qui s'est passé !
-puisque tu le prends comme ça , demain, tu dégages ! Tu ne sers à rien !
-si demain, je suis mis à porte pour avoir été agressé ,je porte plainte contre vous et contre la mairie !

C'est un peu sordide et votre rendez-vous ?

Le mercredi, quand je me présente , le concierge me refuse l'entrée .
Quand je pense qu'il m'avait montré comment réparer la chaudière si elle tombait en panne , la nuit ..et moi, je l'avais formé à Excell .
-Mais j'ai rendez-vous avec madame C.
-ah oui, c'est vrai !
Il me laisse rentrer .
Madame C. m'attend derrière le bureau du concierge

Que vous dit-elle ?
-Bon, monsieur L, vous êtes ici depuis 78 jours , demain matin , vous prenez vos affaires et vous partez .
-mais pourquoi donc ? Est-ce en correlation avec cee qui s'est passé ce week-end ?
-non , mais cette année , on a fait trop de social et voilà comment on est remercié .
Tous les autres partent aussi ,maintenant on applique les règles !!!

Non , mais cette année , on a fait trop de social ...
-Je ne comprends pas pourquoi les autres et moi devons payer pour quelqu'un qui ..
-Taisez-vous ;vous n'avez pas à contester nos décisions .Vous vous prenez pour qui ?
Vous ne servez à rien !
On a fait de vous des assistés !
J'appelle la Police !

Pour quelle raison ; vous ne la menaciez pas ?
non, j'étais calme , je lui parlais posément , courtoisement .

La police est arrivée ?
Dès l'entrée des policiers , je me suis cru dans la 4ème dimension

( nous ne raconterons pas ici l'entretien avec la police )


Je me suis retrouvé dans un camion .Je n'avais même pas compris qu'il s'agissait des pompiers !
On m'a emmené contre mon gré au perpétuel secours avec mes sacs !

Levallois-Perret , le 21 février 2009 

La suite , nous l'avons vécue dans les minutes qui ont suivi , à l'hopital coté Urgences où Philippe a été accueilli par un interne qui lui a déclaré qu'il ne gérait pas l'urgence sociale , l'a à peine examiné puis remis sur le trottoir avec ses affaires .
Philippe avait fait une syncope , au relais !

NON ASSISTANCE A PERSONNE EN DANGER :
dans la rue ( le froid , la neige , la faim, la dépression ) tous les jours d'hiver de 7 h 30 à 18 H 30  
au relais ( les compagnons aux pathologies incontrolées, la peur ) trois jours par mois , de 18 h 30 à 7 h 30 .

ça ressemble à un mauvais film " Levallois , sois SDF et tais-toi ! " !


publications.php?id=124&filtre=publication_rml

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu