Avertir le modérateur

09/12/2008

POUR INFOS : ENQUETE PUBLIQUE CENTRE EIFFEL LEVALLOIS-PERRET

 
L'enquête publique concernant l'aménagement du Centre Eiffel aura lieu au Service de l'Urbanisme du 8 décembre au 16 janvier, 37 rue Camille Pelletan.
 
Il est intéressant de rencontrer le Commissaire Enquêteur qui reçoit :
 
lundi 08/12
mercredi 17/12
lundi 22/12
mercredi 07/01
vendredi 16/01
 
de 15 heures à 18 heures.
 
Vous pourrez ensuite consigner vos remarques, critiques et suggestions sur un registre prévu à cet effet.
et le prochain Conseil municipal aura lieu lundi prochain 15 décembre à 18 h à la mairie .
 


07/12/2008

non, non , ,Patrick , on est pas divisés ...

perso 320.jpgperso 328.jpgperso 313.jpgperso 287.jpgperso 318.jpgperso 289.jpgperso 330.jpgperso 293.jpgperso 327.jpg                                                                                                                                                                                                                             Ce matin, rue Henri Barbusse ...l'équipe au complet de la SECTION PS de LEVALLOIS-PERRET  ..
plus loin , distribution de tracts du N.D.A  nouvelle dissidence de la droite U.M.P mais je n'ai pas pris de photographies ...
Monsieur le Maire arborait un impressionnant chapeau noir ...et , pour rassurer les électeurs , Thierry Godfroy est toujours président du M.O.D.E.M levalloisien .

Casse de la banque de France ...

BIN000142.jpgLa Banque de France , un symbole étonnant au nom pompeux , qui pourrait laisser penser qu'il s'agit d'une gigantesque réserve de lingots d'or ...Plus subtilement :

La Banque de France a été créée le 18 janvier 1800 par le Premier Consul Napoléon Bonaparte, dans le but de favoriser la reprise de l'activité économique après la forte récession de la période révolutionnaire. Le nouvel établissement était chargé d'émettre des billets payables à vue et au porteur, en contrepartie de l'escompte d'effets de commerce.
À cette époque, la Suède et l'Angleterre disposaient déjà d'un institut d'émission. Celui qui allait être créé en France s'avérait toutefois plus modeste puisque les statuts primitifs de la Banque du 13 février 1800 limitaient son champ d'action à la ville de Paris et laissaient subsister la concurrence d'établissements existants.
Instruits par les expériences malheureuses de la banque de Law et de la création des assignats, les rédacteurs des statuts, pour vaincre la méfiance du public vis-à-vis du papier-monnaie, ont préféré confier la mise en circulation de celui-ci à une autorité indépendante des pouvoirs publics. La Banque de France était donc organisée sous la forme d'une société par actions, au capital de 30 millions de francs, dont une partie a été souscrite par le Premier Consul et plusieurs membres de son entourage. Les 200 actionnaires les plus importants constituaient l'Assemblée générale. Elle désignait les quinze régents composant le Conseil général chargé d'administrer la Banque, et les trois censeurs ayant mission d'en surveiller la gestion. Le Conseil général élisait à son tour un Comité central de trois membres dont l'un cumulait les fonctions de président du Comité central, du Conseil général et de l'Assemblée générale.
Ainsi organisée, la Banque de France a ouvert ses guichets le 20 février 1800 alors que la totalité de son capital n'était pas encore réunie. Le 14 avril 1803, le nouvel organisme recevait sa première charte officielle lui conférant, pour quinze ans, le privilège exclusif d'émission à Paris.
Les premières années de fonctionnement de la Banque de France n'allèrent pas sans difficulté : crise des finances publiques, diminution de l'encaisse de la Banque entraînant des restrictions au remboursement des billets. Elles amenèrent Napoléon à provoquer une réforme destinée à redonner au gouvernement une plus grande autorité sur la direction de l'établissement. Dans cet esprit, une loi du 22 avril 1806 remplaça le Comité central par un gouverneur assisté de deux sous-gouverneurs, nommés tous trois par l'empereur. Deux ans plus tard, le 16 janvier 1808, un décret impérial promulguait les « statuts fondamentaux » qui devaient régir jusqu'en 1936 les opérations de la Banque. Ce texte décidait aussi l'établissement de succursales appelées « comptoirs d'escompte » dans certaines villes de province où le développement du commerce en faisait sentir la nécessité. Enfin, un décret du 6 mars 1808 autorisait l'achat par la Banque de l'Hôtel de Toulouse, situé rue de la Vrillière à Paris, pour y installer ses services.

http://www.banque-france.fr/index.htm

Au village , on a dressé les palissades pour mieux cacher le bâtiment au cas où un passionné collectionneur d'architectures anciennes voudrait profiter de la destruction pour récupérer la porte .
Les pigeons veillent sur le rebord des fenêtres plus chanceux que les S.D.F .

Mais , bon, on ne va tout de même pas défendre une institution qui ne prête pas d'argent puisqu'on est obligé d'aller en chercher au delà des sables et des mers  ...ah, bon, on n'avait qu'à déposer un dossier de surendettement , avant la fermeture ? Et ça aurait changé quoi, quand on a besoin de sommes pharaoniques pour construire des palaces et des tours de Babel ! Comment ça , il ne s'agit pas de l'Institution mais du bâtiment ( encore un vestige de l'ancien Levallois-Perret qu'on efface ...peut-être que c'est plus symbolique qu'on ne le croit ? )
Et puis , tu ne veux pas non plus commander des mugs à l'effigie des célébrités du village , comme à Londres ou aux U.S.A ...Je ne suis pas certain qu'on y trouve des t-shirts à l'effigie de John Dillinger .

 perso 012.jpgperso 009.jpg

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu