Avertir le modérateur

02/12/2008

Ben quoi, il suffit de jouer régulièrement au Trivial pursuit !

L'année dernière, près de 800 000 Français se sont présentés aux grilles de la fonction publique. Beaucoup voulaient devenir enseignants. Mais ils étaient aussi 65 000 inscrits au concours de secrétaires administratifs. Pour 1 000 postes. Des diplômés en pagaille, des titulaires de master, là où le texte prévoit un niveau bac. Des doctorants se sont même présentés pour être agent d'accueil au Sénat.

À cette inflation de candidats répond une sélection plus stricte et plus absurde chaque année. Un candidat garde champêtre s'est vu demander la différence entre le crétacé et le jurassique. Or l'élimination se fait sur épreuve écrite. La fonction publique recrute «des copies», «sans jamais s'interroger sur les aptitudes et les besoins réels», tranche le décapant rapport de révision des concours qu'ont rédigé cette année deux inspecteurs. La réforme en cours vise donc à diminuer le poids de la culture générale dans ces épreuves.

En effet, les exigences théoriques croissantes ont peu à peu dévoyé les concours de leurs objectifs concrets et éliminé des publics particulièrement sensibles à ces marqueurs culturels. À commencer par les classes populaires et parmi elles les enfants d'immigrés. Autrefois garants de l'égalité, les concours participent maintenant à la reproduction de l'administration.

Pour rouvrir la fonction publique sur la société et assurer la diversité des recrues, la présence de handicapés et d'agents de toutes les couleurs et de tous les âges, le secrétaire d'État André Santini signe demain une charte de l'égalité avec son ministre de tutelle, Éric Woerth, et le président de la Halde, Louis Schweitzer. Cette fois, l'administration entend se donner les moyens de révolutionner son recrutement en s'attaquant aux contenus des concours d'accès. Un enjeu de taille puisque l'État reste le premier employeur de France.

Les filières techniques de la fonction publique ont déjà fait leur mue et sélectionnent largement sur épreuves pratiques. En revanche, les concours plus administratifs, et notamment les catégories B (intermédiaires) et C, vont voir les épreuves de culture générale, si hexagonales, évoluer vers «des questions de bon sens, en rapport avec la matière, plutôt qu'un académisme ridicule», assume André Santini, ajoutant : «C'est la volonté du président.» Et de rappeler comment la secrétaire de Nicolas Sarkozy, fonctionnaire de catégorie C (la moins qualifiée), a échoué à un concours interne parce qu'elle ne savait qui avait écrit La Princesse de Clèves,«un sujet qui divise jusqu'aux spécialistes», selon André Santini.

 

Gabegie de moyens

La révolution culturelle est donc lancée. En janvier, la liste des concours réformés, ceux de la filière administrative, de l'inspection du travail, de l'École de la magistrature sera diffusée.

«Il s'agit de remettre le service public au service du public», assure André Santini. Rendre le maquis des concours, avec près de 3 000 voies d'accès, plus rationnel et plus transparent. Aujourd'hui, chaque ministère fourbit ses propres questionnaires. Policiers, gendarmes, douaniers, tous séparés. Une gabegie de moyens pour des postes qui se ressemblent souvent. Des milliers de jurys concoctent donc des épreuves, sans trop de directives. «J'ai finalement demandé au candidat au poste d'accueil qui avait gagné Roland-Garros, histoire de voir s'il suivait un peu l'actualité», explique un ancien membre du jury du Sénat. Désormais, «nous allons former les jurys pour qu'ils recrutent en fonction de compétences et pas seulement de connaissances», dit-on à la direction des ressources humaines de la Fonction publique.

Plus que la culture générale, c'est son dévoiement, notamment au travers de QCM aux allures de questions pour un champion, qui froisse aujourd'hui. «Il faut éliminer les aberrations et stopper l'inflation des connaissances demandées, comme du droit public pour des concours de catégorie B ouverts aux bacheliers», estiment les inspecteurs. Car les lauréats, les trois quarts surdiplômés, ne s'épanouissent pas toujours dans les tâches d'exécution qui leur incombent. Des rapports de l'administration dénoncent depuis des années ce système d'autant plus périlleux qu'un mauvais recrutement dans la fonction publique se paie pendant quarante ans.

LE FIGARO

 

Pitié , stop, au moins pendant la trève de Noël ...laissez-nous vous oublier !!!

 

01/12/2008

Touche pas à mon gosse !

Si le rapport Varinard préfigure la future loi Dati sur la justice des mineurs, ce ne sont pas seulement les mineurs qui auront du souci à se faire mais plus simplement la démocratie. On avait beaucoup à redouter du travail d’une commission bidon en service commandé auprès de la ministre de tutelle, dans un contexte où la punition et la peur des jeunes sont devenus des éléments-clés d’un pouvoir politique qui n’a malheureusement rien d’autre à proposer pour masquer son échec dans tous les domaines.

La prison à 12 ans est la concrétisation, l’ultime avatar d’une campagne obstinée conduite depuis plusieurs années, balisée par des rapports excentriques -Benisti, Inserm- ou par des interventions très médiatiques de pédospsychiatres à la mode (Naouri, Rufo pour n’en citer que quelques-uns), censées prouver la dangerosité des enfants en bas âge, chantant les bienfaits d’une éducation répressive (cf les préférences de Naouri pour une "éducation fasciste" plutôt que "démocratique"), toutes choses qui révèlent surtout les fantasmes de leurs

http://www.rue89.com/

Mais... s'ils vont en prison à 12 ans , il va falloir aussi abaisser certaines limites d'âge : le mariage , le travail, le droit de vote , à l'ancienne , quoi !
Ce serait du suicide pour le vote des seize ans , compte-tenu de l'ambiance  ...pour le mariage , on en reviendrait à l'ancien régime et le travail , pourquoi pas de 10 à 70 ans ?
Il y a aussi l'obligation de l'uniforme qui serait en adéquation avec l'idée de remettre ce pays dans le droit chemin .
Les châtiments corporels , hors prison , en place publique , par exemple !
On peut tout extraire de cervelles bouillantes , comme des chaudrons de sorcières !

La première exigence serait peut-être de leur apprendre le respect en les respectant : l'exemple .
Un respect sincère , un engagement auprès d'eux , que l'on soit parents ou éducateurs , représentants divers de l'ordre qu'on dit public , moral ...une protection aussi .
Il n'en est souvent rien : ils ne sont parfois que le fruit du hasard , une scène que les adultes piétinent , des miroirs déformés, des cibles , des otages . Ils sont souvent dégoûtés , déprimés, aliénés ,révoltés par cette société que nous déversons sur eux , quotidiennement , par le canal des écrans auxquels nous les avons enchainés .
Mais quand ça tourne mal, n'oublions pas de condamner d'abord les adultes .

Disparus de Saint-Agil.jpeg

plans_zero11.jpg

Pfilm8613470458529.jpg

30/11/2008

bientôt décembre , sauvez les étoiles !

 

282 lecteurs en janvier 2008 ....3780 aujourd'hui  ...lecteurs, électeurs ?!

Le propos de " sauvez THEO " était de prendre la défense du café de la famille Houée , 22 rue Rivay à Levallois-Perret , dont nous refusons , comme ses plus anciens clients , la " mise à mort " .
Comme pour ce blog , les signatures au bas de la pétition qui l'accompagnait , ont augmenté , jour après jour et pas seulement , pendant la période des élections municipales , mais après et depuis jusqu'aux 3000 et davantage qu'elle compte aujourd'hui .

Certains ont dit que le café était devenu " otage " du P.S ...il était encore , ce dernier vendredi , rempli de Levalloisiens avec cartes d'opposition ou non , ce qui est également la preuve que l'humain et le citoyen peut exister et durer avec sincérité , parallèlement à nos engagements ou à notre refus d'adhérer à un parti politique .
Nous avons pu , depuis le début de cette aventure , commenter la Presse locale ou nationale, sans nous insulter , informer aussi les uns et les autres sur ce qui se passait , se tramait ou se solutionnait ( cela arrive parfois ! )

Décembre 2008 : nous serions-nous rencontré sans le café ? Il est peu probable que trois mots échangés sur le marché Henri Barbusse nous aient réunis plus de trois minutes , nous qui étions tous si différents .
Nous n'aurions jamais partagé nos petits et grands " moments " : c'est là , la différence entre un club où vous pratiquez une activité ,une heure, une fois par semaine et un lieu où vous vous retrouvez pendant quelques heures , plusieurs fois par semaine . Lire des poèmes , chanter ,fêter son anniversaire est une pratique familiale , nous nous sommes adoptés les , les autres .

Mais les temps sont redoutables ici et autour de nous , plus largement .
Les élections européennes nous donneront-elles cet oxygène qui commence à se raréfier , tant se condamnent devant chacun de nous , ces portes républicaines qu'on nous avait appris à pousser.

Il ne s'agit pas de renoncer ou de partir , de Levallois-Perret ou de ce pays , mais de dire , d'écrire , d'adresser à ceux qui s'arqueboutent de l'autre coté sur les pans de murs ou de liberté , que nous n'acceptons pas la défaîte de l'intelligence
Intelligence
vient du latin intellegentia (faculté de comprendre), dérivé du latin intellegere signifiant comprendre, et dont le préfixe interlegere (choisir, cueillir) ou ligare (lier) suggèrent essentiellement l'aptitude à relier des éléments qui sans elle resteraient séparés.

IMGP4510.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

IMGP4572.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

IMGP4641.JPG

IMGP4598.JPG

6_IMGP4504.JPG

 

 

 

 

 

 

 

IMGP4636.JPG

IMG_0204.JPG

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

pour information :

I) Élections européennes de 2009 : dates du scrutin

Les septièmes élections européennes 2009 se dérouleront à la mi-juin 2009 dans tous les pays de l’Union. Suite à l’entrée de la Roumanie, de la Bulgarie et éventuellement, de la Croatie, le nombre de sièges de députés européens attribués à la France sera revu une nouvelle fois à la baisse : de 78 députés, on passera à 74 élus français sur 732 parlementaires européens (ils étaient 87 avant 2004).

Principe

Les citoyens de l'Union européenne résidant en France peuvent participer à l'élection des conseillers municipaux et des représentants au Parlement européen dans les mêmes conditions que les électeurs français, sous certaines réserves.

Sont considérés comme résidant en France les citoyens de l'Union européenne qui y ont leur domicile réel ou qui y résident de façon continue.

Conditions pour voter

Les citoyens de l'Union européenne, pour voter en France, doivent :

  • s'inscrire sur une liste électorale complémentaire,

  • ne pas être privé du droit de vote dans leur pays d'origine, ni en France,

  • remplir les conditions légales autres que la nationalité pour être électeur et être inscrit sur une liste électorale en France.

A noter  : les citoyens de l'Union européenne installés en France doivent choisir pour les élections européennes le pays dans lequel ils souhaitent exercer leur droit de vote. En effet, un citoyen communautaire ne peut voter plus d'une fois pour un même scrutin pour l'élection au Parlement européen.

Inscription sur les listes électorales

Les citoyens de l'Union européenne qui souhaitent s'inscrire sur les listes doivent le faire à la mairie de leur domicile sur une liste électorale complémentaire.

Il existe deux listes électorales complémentaires distinctes, l'une valable pour les élections municipales, l'autre valable pour les élections européennes.

L'inscription n'est valable que pour les seules élections européennes et/ou municipales.

Doivent être fournis :

  • le formulaire d'inscription sur les listes électorales (soit pour les élections municipales, soit pour les élections européennes),

  • les pièces justificatives exigées des citoyens français pour l'inscription sur les listes électorales : justificatif d'identité (passeport, carte nationale d'identité, titre de séjour) en cours de validité ou dont la validité a expiré dans l'année précédant le dépôt de la demande d'inscription, justificatif de domicile ou de paiement des impôts locaux,

  • et une déclaration sur l'honneur, qui varie selon l'élection, intégrée dans les formulaires d'inscription.

Déclaration écrite

Elections municipales

La déclaration précise :

  • la nationalité de la personne qui s'inscrit,

  • son adresse en France,

  • qu'elle n'est pas déchue du droit de vote dans l'Etat dont elle est citoyenne.

Elections européennes

La déclaration mentionne :

  • la nationalité de la personne qui s'inscrit et son adresse en France,

  • éventuellement le lieu où elle est inscrite ou a été inscrite en dernier lieu dans son pays d'origine,

  • qu'elle n'est pas privée du droit vote dans son pays d'origine,

  • qu'elle n'exercera son droit de vote qu'en France.

Carte électorale

Une carte électorale d'un modèle particulier, valable seulement pour les élections municipales et/ou européennes, est délivrée aux personnes inscrites sur les listes électorales.

Elle est distribuée par la mairie du lieu de résidence aux électeurs.

Coût

Gratuit.

© La Documentation française, Ministère de l'intérieur

Dernière mise à jour le 15 juillet 2008

formulaire_cerfa_UE_PE.pdf

 

 

En bref , continuez à signer la pétition pour le café , le 15 mars sera plus vite sur l'éphéméride que nous ne le souhaitons .
Inscrivez-vous sur les listes électorales et si vous avez envie d'écrire , de témoigner sur ce blog , adressez-moi votre note par e-mail .

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu