Avertir le modérateur

15/02/2008

Histoire de Théo et Irène Houée , du café-cave " Chez THEO "

Historique du commerce - « Café « CHEZ THEO » Cave»

de la grande famille (clientèle amie) - du quartier

Deux mots : Solidarité et Humanité

 

Après plus de trois ans passés à Colombes (du 30 octobre 1951 au 1er avril 1955), Mme et M. Théophile
Houéearrivent à Levallois.

Originaire de Bretagne,  notre famille choisit de s’installer à Levallois-Perret le 1er avril 1955.
Depuis cette date, Irène et Théophile Houée travaillent sans relâche en élevant une famille de 7 enfants
: leur fierté.
Ils deviennent propriétaires du 22, rue Rivay en 1972 et lorsque Théophile Houée décède le 9 décembre 1982, 
Paul,son fils aîné lui succède en abandonnant son emploi d’alors.

Le projet de construction familiale en 1988 ne voit pas le jour pour des raisons familiales

Aujourd’hui, la vie de quartier n’a plus le même sens, notre immeuble, construit vers 1880, semble bien décalé
en regard aux immeubles que la Commune de Levallois-Perret réalise.

Il n’intègre pas les mêmes composantes, ni les mêmes besoins.

La mixité architecturale  ne peut-elle pas intégrer l’ancien au moderne ?

La ville de caractère fait place peu à peu à une ville impersonnelle dont, paradoxalement, la société souffre.

Ici, comme une naissance, chaque nouveau « client/ami » retient encore l’attention.
On tisse des liens, on s’apprécie, on se respecte.
Irène et Théophile ont su être bienveillants et donner leur temps pour écouter, conseiller.
Les moments de joie ou de peine ont été partagés.

 

Le café « Chez Théo » a été solidaire des personnes âgées durant la canicule de l’été 2003.
Est-ce pour autant le signe d’un intérêt privé ?

Ne sommes-nous pas socialement « d’utilité publique » ?
Selon notre Maire « les bars café caves ne sont pas une nécessité  de la vie d’aujourd’hui »
Ne remarquez-vous pas, autour de vous, cette disparition des commerces de proximité,
telle une épidémie fulgurante, ayant pour origine une obsession municipale ?

Cette mise à mort du commerce de proximité a débuté pour la famille Houée en  février 2003 sous la houlette
de la Municipalité.
Ce commerce « chez Théo » n’est plus en phase avec les besoins des levalloisiens dit-on.

 

La vie de la famille a basculé le 9 décembre 1982 avec le décès de Théophile Houée de longue maladie.
Ses Amis de Levallois lui rendent un dernier hommage lorsqu’il quitte le « 22 » pour rejoindre la Bretagne.
Le tourbillon de la vie a transporté Irène jusqu’à ses 55 ans, en un éclair.

Tout comme l’asthme étouffe Irène, la Municipalité levalloisienne réduit progressivement les espaces du
patrimoinede la ville, issus de la propriété privée, prétextant qu’elle les sauve des mains des promoteurs

L’oxygène et le temps sont précieux, le Café « Chez Théo » n’a plus que quelques semaines à vivre :
c’est-à-dire le temps que lui accordera sa Municipalité.

Notre famille aujourd’hui de 16 personnes peut-elle être remplacée par 15 logements sociaux ?

La vente forcée met la famille Houée en grande difficulté en 2008.

On dit «  faire du social, alors, Paul Houée n’en parle pas, il agit  tout simplement.

 

Rolande HOUEE                                                                                                                             15/02/2008

 


 

le lien social c'est d'utilité publique ?

ça ne passe par forcément par un club ou une organisation municipale . C'est comme l'art ,ça peut surgir sur un banc dans un square  ,en deux minutes ou s'être tissé au fil des ans , à une table de café ...spontanément ! Nous , ça nous a pris , il y a un mois  et c'est comme une chanson d'enfance ( sauf le flipper ?  ) 9735e47eb0d617bc5941a84a11eaf223.jpg

14/02/2008

et l'âme du monde est dans l'air ...je rêve à l'étoile suprême

J'avais dix ans et je jouais dans la cour du lycée avec Suzanne B.  J'allais au cathéchisme , l'abbé s'appelait Martin et le pape Jean XXIII . Suzanne ne préparait pas sa communion solennelle et ça me rendait triste , parce qu'elle n'aurait pas de cadeaux ...nous avions cherché à comprendre , chacune de notre coté , mais nous avons eu de très vagues réponses ...on avait du me demander " elle s'appelle comment ? " et quelque temps après , ma mère m'avait raconté quelquechose sur les filles qui s'asseyaient toujours au premier rang et qui étaient juives .

J'avais dix ans , je ne savais pas qu'il y avait une étoile mais je crois que j'ai commencé à la porter inconsciemment pour Suzanne et nous avons poursuivi nos jeux .

Plus tard , en quatrième , à douze ans , on nous avait passé " nuit et brouillard "  noir et blanc , impensable ...nous avions à peine compris mais parfois le mot " juif " revenait dans les conversations maternelles et cela me rendait furieuse . J'ai cessé d'aller à la messe du dimanche à cette époque-là mais j'ai longtemps gardé une image christique , celle d'un père Noël désespéré .

La réalité de la SHOAH m'est apparue beaucoup plus tard quand j'ai commencé à lire , parce que ma famille de coeur pouvait être de nouveau menacée si l'extrème-droite progressait , parce que j'ai commencé à écrire l'histoire de gens sans importance qui avaient cru en 1923 que tout serait merveilleux en Pologne et dont les fils prenaient, vingt ans après , un train sans retour . Pourtant il y avait eu , dans ce même pays, la " maison d'israël en Pologne " lorsque Kasimir le Grand règnait .

Et dans un élan de colère et de tristesse , j'ai compris qu'il faudrait mener, jusqu'au bout ,une résistance parfois désespérante mais obligée contre l'ignorance et la confusion , l'hypocrisie et l'indifférence mais à l'âge où on peut regarder par dessus les murs que le discours commun bâtit . 

Un enfant assassiné n'est pas un petit chat qu'on adopte ni un héros . 

Aux adultes de porter les enfants morts des crimes de leurs pères ou de leurs contemporains
Aux adultes de prononcer avec respect le nom de l'autre, de reconnaître le passé aux sangs-mélés et versés , la souffrance des victimes mortes ou vivantes et de ne pas travestir l'Histoire . 

Aux enfants de jouer avec d'autres enfants tous vivants et différents .

 

23:50 Publié dans politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : religion, shoah, enfants, juif

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu