Avertir le modérateur

06/04/2009

Celle que j'aime ...Elie Chouraqui...Neuilly ...Projet culture

Hier ,projection privée du film "Celle que j'aime " d'Elie Chouraqui ,en présence du cinéaste et de Jean-Christophe Fromantin, maire de Neuilly , de Marie-Claude Floch ,adjointe au maire déléguée à la culture ...au cinéma-théâtre "Le Village" .

D'un village à l'autre , la fibre culturelle municipale n'est pas la même .
Ce serait méchant de dire qu'à Levallois-Perret , elle n'existe pas mais c'est l'ancien maire d'Asnières qui plaisantait sur le sujet ...
A Neuilly, monsieur Fromantin a du souffle en ce domaine et dans d'autres :

Dans quelques jours je rencontre le maire d’Aubervilliers pour évoquer des partenariats dans différents domaines. Nous nous sommes vus en novembre dernier dans l’idée que, plus les différences sont fortes plus les complémentarités existent … Dans l’idée également qu’il est temps de briser les tabous. Nos villes ne sont pas des baronnies, nos départements ne sont pas des comtés et s’il y a des choses intéressantes à faire ensemble, dans l’intérêt de nos administrés, alors faisons les. La crise nous impose de faire preuve d’imagination, d’audace, d’idées nouvelles et d’avoir une attitude responsable. J’assume et je défends les spécificités de ma ville, et j’en suis fier...lire la suite http://fromantin2007.blogspot.com/

Pour la culture , des axes forts :

La construction d’un grand centre culturel a débuté au printemps 2008 sur les terrains Sainte Anne, à hauteur de la rue Madelein Michelis sur l'avenue du Roule. Il comprendra :

•  Une salle de spectacle de 600 places
équipée d’un gradinage escamotable, d’un
plateau de scène entièrement amovible et de
dispositifs de levage permettant la polyvalence
du lieu, avec de nombreuses configurations
possibles, à savoir, salle à plat, salle gradinée,
scène bi-frontale.

•  Une salle d'exposition de 520 m².

•  Un auditorium de 130 places dans l’ancienne
Chapelle, réaménagée à cet effet.

•  Un foyer bar de 210 m².

•  Deux salles d'activités de 200 m² chacune,
pouvant accueillir aussi bien des activités
sportives, culturelles, qu'associatives.

•  Une école de musique (cf. article ci-dessous).

L’architecture de ce centre culturel et des logements sociaux qui le complèteront, sera en harmonie avec le site de « Sainte-Anne 1 ». Elle s’organisera autour de la Chapelle et des façades de l’ancienne maison de retraite, inscrites à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, qui seront donc conservées et mises en valeur.

Deux projections de films le week-end au " village "
ça nous arrange , puisque Levallois-Perret malgré ses caméras ,n'a plus de cinéma .

Enfin un Pass-culturel vers la Capitale ,qui correspond bien à l'esprit du guide ,remis aux familles avant les vacances ,sur les sorties, visites proposées par Paris

celle que j'aime ,
un filmtrès tendre ,musical, avec un gamin craquant à l'écran, Achille , joué par Anton Balekdjian, une comédie sentimentale sur le thème des familles recomposées,une famille qui court comme celles de nos vies accélérées ,des adultes qui veulent bien faire mais ne savent pas trop comment devant les enfants qui sortent de l'enfance quand les grands agitent leurs ailes .
avec Marc Lavoine , Barbara Schultz, Gérard Darmon ...

23/03/2009

Dido and Aeneas ...dans le coeur des Petits Chanteurs de Ste Croix de Neuilly

Pour échapper à la foule du samedi après-midi qui circule entre les rues Louise Michel, Henri Barbusse , Président Wilson et Aristide Briand , pousser une porte , s'asseoir sur une banquette rouge et écouter Virgile vous raconter l'histoire de Didon et Enée , amours tragiques de la reine de Carthage avec le futur fondateur de Rome, qui inspirèrent au musicien et compositeur Henry Purcell d'après le livret du poète irlandais Nahum Tate, un opéra baroque mis en scène pour la première fois en 1689 à Londres ,dans un pensionnat de jeunes filles .
Le livret n'était pas un chef d'oeuvre poétique mais la maestria de Purcell lui donna vie  au point que

Plus de trois siècles plus tard, le chef de choeur , François Polgar et le metteur en scène Eric Hénon entrainent ,dans la même aventure ,les 60 choristes des Petits Chanteurs de Ste Croix de Neuilly .
Première écoute en septembre 2008 de l'opéra préparé ,coté chorale ,depuis un an ... une ambiance japonaise se dégage et deux mois plus tard , le metteur en scène revient avec son assistante , Gratiane de Rigaud et la proposition des costumes et des marionnettes .

Les répétitions commencent au rythme de 2 heures , tous les mercredi soirs .
La mise en scène évolue puis , après les vacances de Noël ,les répétitions occupent le week-end .

François Polgar est un ancien de Ste Croix et ancien chef de choeur à l'Opéra de Paris puis Radio-France .
C’est au sein d’une maîtrise de garçons (Petits Chanteurs de Sainte-Croix de Neuilly) que François Polgár prend très jeune le goût et l’expérience du chœur, d’abord comme chanteur puis organiste et pianiste, enfin chef de chœur.
Il enseigne l’harmonie à la Sorbonne pendant dix ans et, en 1980, il est nommé chef de Chœur à l’Opéra de Paris. C’est au sein des chœurs de l’Opéra qu’il acquiert une grande expérience des chœurs professionnels. Il aura l’occasion de se familiariser avec un répertoire d’une richesse exceptionnelle.
De 1992 à 2001, il est Chef des Chœurs de Radio-France, un des plus importants chœurs symphoniques professionnels d'Europe. A sa tête, il peut ainsi aborder, en collaboration avec les chefs les plus prestigieux (James Conlon, Seiji Ozawa, Georges Prêtre...), la plupart des grandes œuvres chorales du répertoire lyrique et symphonique du XVIIIe siècle à nos jours.

François Polgár est également spécialiste du chant grégorien qu’il a pratiqué plus de dix années à la tête du Chœur Grégorien de Paris dont il est le co-fondateur.
Les Petits Chanteurs se sont produits l'année précédente, à l'Olympia sous sa direction .

Dans les dernières semaines de répétitions , les enfants dont les plus jeunes sont des élèves de CM2 ,prennent conscience de ce qu'ils ont créé , quand ils endossent costumes et accessoires .

La salle est offerte par la mairie de Neuilly mais le Choeur s'est fait assister pour le spectacle de deux metteurs en scène , une costumière , un créateur de lumières et d'un chorégraphe .
Pour la partie musicale , ils sont accompagnés par le " Collège de Musique Sacrée "
Le public de ces deux représentations sera familial et amical , pour le " noyau dur " mais les Petits Chanteurs sont également portés par leur renommée  .

1h15 de spectacle pour ces trois actes .
Une soixantaine d'acteurs-choristes , interprétant parfois plusieurs rôles :

" J'ai été successivement soldat d'Enée ,sorcière, archer,garde du corps, mouette et veilleur de paravent " raconte...Virgile .

Les mouettes étaient au nombre de 12, réalisées en carton et tiges de bambou par les élèves sous l'autorité du préfet de 5ème qui anime les Arts Plastiques .
Une très jolie vision pour le spectateur enclin à la rêverie .

Les marionnettes sont à la fois décor et acteurs . Impressionnantes et émouvantes , portées par les choristes qu'elles habillent , qu'elles élèvent au statut de légende ,silhouettes immenses à l'équilibre fragile qui sied à la destinée tragique des héros .

Un spectacle qui surprend et entraine le spectateur plus loin que la scène , qui touche l'âme sans doute parce que les jeunes choristes sont tous passionnés de musique et de chant , au delà du pouvoir que toute oeuvre musicale tient de son créateur .

Après le spectacle ...les décors et ls costumes ont été conservés ...pour le cas où Dido and Aeneas serait de nouveau représenté .

Et à venir une autre oeuvre , une oeuvre par an .

Virgile sera peut-être architecte quand les livres d'études seront refermés .
Pour l'heure , il est responsable de cette parenthèse enchantée et de ces quelques confidences sur la genèse de ce spectacle .

10/01/2009

le début à tout version dialogue

Neuilly-sur-Seine / Rapprochement
Fromantin fraternise avec le maire PS d’Aubervilliers
Marjorie Corcier et Florence Hubin | 10.01.2009, 07h00

Le 16 janvier, le maire de Neuilly ira vanter les talents de ses administrés en… Seine-Saint-Denis. Et qui plus est, dans une ville socialiste. Jean-Christophe Fromantin (DVD) est invité ce jour-là par le maire d’Aubervilliers. Les deux hommes se sont rencontrés par hasard, et le maire de Neuilly a volontiers accepté l’invitation.
« Nous avons des ressources et des compétences différentes », assure Jean-Christophe Fromantin, qui n’a pas du tout l’intention de faire oeuvre de charité.

Economie, social, culture… tous les thèmes devraient être abordés par les deux élus. Sur le plan économique, le maire de Neuilly compte évoquer une activité dont son équipe a fait une priorité : le développement des nouveaux médias, avec la création en 2009 d’un espace dédié aux créateurs d’entreprises dans ce domaine.
« Une partie d’Aubervilliers se trouve sur la Plaine-Saint-Denis, où il y a de la place pour développer cette activité, note Jean-Christophe Fromantin. Nous avons à Neuilly des gens qui ont des réseaux et du capital, mais ne trouvent pas toujours de place pour s’installer… et qui seraient prêts à s’installer à la Plaine-Saint-Denis. »

« Un maire super qui a résisté à Sarkozy »

« Nous avons trouvé plusieurs domaines de collaboration, confirme de son côté le socialiste Jacques Salvator. Par exemple, nous comptons organiser un rapprochement entre des jeunes d’Aubervilliers et de Neuilly pour un projet humanitaire dans le cadre de l’Année de la France au Brésil. » Et l’élu d’ironiser : « Je ne ferais pas cela avec n’importe quel maire de Neuilly ! Jean-Christophe Fromantin est un maire super, qui a résisté à Sarkozy. »
A première vue, rien ne prédestinait ces deux villes que tout oppose à se rapprocher ainsi. Neuilly, parmi les plus riches communes de France, est un symbole de la banlieue chic. Avec 6 980 foyers qui paient l’impôt sur la fortune (ISF), tandis que le taux de logements sociaux n’excède pas les 3 %…
A l’autre bout du périphérique, Aubervilliers, ancien bastion de la banlieue rouge et ouvrière, fait partie des villes les plus pauvres du pays avec un revenu par habitant inférieur à 1 000 € par mois, près de 40 % de logements sociaux et quelque 4 000 demandes en attente, ainsi qu’un taux de chômage de 13 %. « Mais nous n’attendons rien de Neuilly, il ne s’agit pas d’une coopération nord-sud », s’amuse le maire d’Aubervilliers. Le programme du 16 janvier est déjà calé.
Après une visite de la ville, les deux élus ont prévu de déjeuner au foyer de travailleurs migrants d’Aubervilliers. Le sujet de l’hébergement d’urgence sera abordé et des annonces pourraient être faites. Cette rencontre coïncide avec la mise en service du premier logement d’urgence à Neuilly.

source LE PARISIEN

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu