Avertir le modérateur

28/10/2009

Le CERCLE THEO , c'est quoi ?

Au début , il y a une porte qu'on pousse , celle du café THEO , comme ça ou presque en 2008 et la rencontre entre Paul Houée et Danièle Zélic autour de l'histoire d'une ville où Paul vit depuis son enfance , dans ce café , précisément et que Danièle connait moins n'y ayant vécu que 12 ans ...Une ville qui change au rythme des projets immobiliers ..." ma ville est un chantier de démolition " est le premier étât des lieux qu'ils dressent en photographies sur le net , suivi d'une pétition " sauvez THEO " puisque le café est menacé lui aussi d'un envoi de bulldozers .
Puis , rapidement , avec des amis qui viennent jouer de la musique , prendre un verre , lire de la Poésie ,fêter un anniversaire et auxquels se joignent parfois les candidats et militants de l'opposition municipale en pleine campagne éléctorale ,des soirées s'organisent , se répètent .
Les habitués du café qui jouaient paisiblement à la belote , peut-être avec un peu de résignation sur la disparition à venir de leur Lieu , regardent ces nouveaux visages avec étonnement puis les visages des uns et des autres deviennent familiers au fil des semaines et les liens se tissent autour de la famille Houée : Paul mais aussi Jeannine et Rolande et Madame Houée , Irène , la veuve de THEO . cinquante-quatre ans au 22 rue Rivay . Comment gommer cette histoire-là ?

Adriana, Roberto, Jean, Allan,Johanne,Thierry,Quentin,Philippe,Sylvie, Jean-Pierre,Famo,Séverine,Marie,Richard,Maryse,Daniel,William,Christophe,Dédé et Danièle,Lydie,Didier .....

Une des valeurs essentielles vécue pendant ces soirées est l'Autre , l'Autre comme il est , différent , avec ses humeurs , ses goûts ,son indifférence ou ses enthousiasmes , son histoire qu'il raconte par bribes ou qu'il livre comme un fardeau à partager et chacun de ceux qui participent à cette aventure incertaine , change , grandit , s'ouvre sans en être encore bien conscient .

Avril 2009 , l'EXPULSION de la famille commence à 7 heures du matin et s'achèvera vers 10h30 par le départ d'Irène Houée dans la voiture de son fils ...chassée de chez Elle à 83 ans , ainsi que ses trois enfants,  au nom d'une déclaration d'Utilité publique dont la Mairie se verra condamnée trois mois plus tard par le tribunal administratif de VERSAILLES, tandis que , dans l'intervalle , le café aura été détruit .

La Mairie a porté l'affaire en appel devant le Conseil d'Etât .

Le 1er Mai 2009 , le CERCLE THEO se constitue spontanément en réponse à cette violence . Apolitique mais engagé comme chaque citoyen porteur de valeurs et de sentiments peut l'être , il regroupe des plus jeunes et des plus âgés, des artistes et des spectateurs , des Levalloisiens et des voisins plus ou moins éloignés ...

Nomade , mais qu'importe , l'essentiel est de ne pas se perdre , de continuer à veiller sur les ruines du café puisque tout n'est pas joué et de faire de cette amitié un bouillon de culture et de solidarité .

Culture puisque nous avons tous à partager des mots et des images , des airs qui nous passent par la tête et Solidarité parce que nombreux sont ceux ,croisés au café ,qui ont tant besoin d'aide . THEO et IRENE HOUEE de leur temps oeuvraient déjà en ce sens .

Dédé et Danièle n'étaient pas encore domiciliés sur les bancs de la Mairie au début de cette histoire .
Ils s'y retrouvent projetés presque en même temps que le café est détruit .
L'automne déclenche une nouvelle " opération " IL FAUT SAUVER DEDE " qui concerne plus largement ceux qui SDF municipaux , sont tolérés et  ignorés des services sociaux de La ville .

Ecoute , soupe et vide-armoires sont des choses simples à réaliser que le CERCLE THEO  met en place en Octobre 2009 en appelant les Levalloisiens à participer à cette chaine contre l'hiver et l'EXCLUSION ....chaque dimanche sur le marché Henri Barbusse ,avec un énorme panier pour y récolter des légumes .

Soirées à venir et actions solidaires sont indiquées sur l'agenda du groupe yahoo : pour s'inscrire cliquer en haut à gauche du blog ...

A suivre .

 

 

01/08/2008

http://leporello.20six.fr/

L'incident irlandais

Sûrement, il n’aurait pas dû : les Néerlandais n’avaient rien fait, eux ! Le renard avait de stupides pensées avant de se noyer, mais il se noya tout de même. Il aurait survécu quelques secondes de plus si le corps déjà inerte du garçonnet batave ne l’avait pas heurté à grande vitesse , il eut juste le temps d’entrevoir le papa du petit qui cherchait vainement à hurler, la bouche pleine d’eau. Sur le parking, c’était la panique, Francis O’Donoghue, le guichetier-opérateur de la cabin-car pleurait, le câble n’avait pas cédé, non, ça il faisait bien son job, tout était graissé, vérifié : l’essieu de la bobine, le câble : souvent les gens regardaient, rassurés, l’excédent de graisse qui coulait le long des planches du réduit du moteur ... tout était entretenu, même la poignée de cuivre de la porte, même la poignée. Les flots avaient repris un aspect normal, c’est-à-dire, elle ne l’avait jamais quitté, les puissants courants de mer qui séparaient l’île Dursey du continent avaient absorbé le renard et la petite famille de vacanciers au complet. Lorsque les secours arriveraient et ce serait difficile, car, dans la panique, des touristes avaient, en fuyant, encombré d’accidents la voie unique qui menait au Garnish Pier, ils ne trouveraient rien : un hélico, avec un peu de chance, si les corps remontaient. Non, les câbles n’avaient pas cédé, la porte non plus, la cabine était suspendue, et paraissait en parfait état ; d’ailleurs, dès qu’il eut retrouvé ses esprits et sans souci de l’enquête policière à venir, l’opérateur remit le moteur en marche et ramena le car, pour en avoir le coeur net. Personne ne le croirait, ni lui ni les deux douzaines de témoins qui avaient assisté à la scène : la cabine était intacte, même la petite fiole d’eau bénite, ramenée de Fatima par un ilien, était toujours dans le rail qui servait jadis de point d’attache au garde-corps. Jadis, lorsque le car n’avait pas de porte. Et pourtant, le plancher, qui paraissait de nouveau si solide, s’était bien ouvert, précipitant dans l’horreur les six personnes. Perdu pour perdu, Francis rabattit sur lui la porte et laissa le moteur faire son travail , repoussant même avec brutalité un Allemand qui voulait empêcher cette folie. Le téléphérique passa sans encombre le premier pilier, puis le deuxième, la mer était en dessous à 30 mètres, violente et indifférente ; O’ Donoghue ne supportait plus : il sauta à pieds joints sur le plancher : rien ! Il s’assit sur le banc et mis son visage entre ses mains . Lorsqu’il leva de nouveau les yeux, il tourna machinalement la tête vers le psaume 91 , toujours accroché à la paroi et protégé par du plastique “. Celui qui s'abrite sous la protection du Très-Haut repose à l'ombre du Tout-Puissant. Je dis à Yahweh: " Tu es mon refuge et ma forteresse, mon Dieu en qui je me confie. "...” à y regarder de plus près , pourtant, un graffiti inachevé au stylo-bille avait déformé le rhodoïd, mais bah, des graffitis , la paroi en était pleine. O’Donoghue fut admis en hôpital psychiatrique où il multiplia les tentatives de suicide, la cinquième fut la bonne. On ne retrouva rien du renard, qui, de toute manière, avait fait don de son corps aux crabes, ni d’aucun des Néerlandais, à l’exception du grand dadais d’adolescent, avec son T-shirt “ Comté d’Orange” ; en désespoir de cause on explora donc la cause politique, ce qui n’expliquait rien mais donnait du grain à moudre aux journaux. Et puis on laissa tomber, l’habitacle du téléférique se retrouva chez le ferrailleur, c’est là qu’avec un peu de chance, je l’ai retrouvé. Le renard- mon père- était un plaisantin , il avait voulu inscrire 666, juste sur le passage où le psaume disait : “ Tu marcheras sur le lion et sur l'aspic, tu fouleras le lionceau et le dragon.” et l’ado aux références vaguement gothiques s’était contenté de ricaner. Saint Michel avait juste grogné : “ L’été on n’est plus chez soi nulle part, même pas en Irlande”. Le résultat du referendum avait beaucoup irrité l’archange, qui avait des emportements. Mais je vengerai mon père, emplumé de mes couilles !

c'est dans l'air du temps . 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu