Avertir le modérateur

11/05/2009

TOUTE RESSEMBLANCE AVEC DES PERSONNES EXISTANTES OU AYANT EXISTE EST PUREMENT... ETC

01/04/2009

17 mai 2009 , sauvez le nain de jardin

DSCN4439.JPGdimanche 17 mai , vos aurez peut-être l'occasion de faire une bonne action :
la mairie de Levallois-Perret va proposer à l'adoption un nain de jardin accompagné d'une biche .
On ne connait pas le nom de ce petit personnage ni de la douce bête qui l'accompagne .
Si on observe attentivement la photographie , il n'est pas certain que le nain en question , soit très sympathique ni la biche , heureuse .
Mais l'éthique , c'est l'éthique et un nain de jardin est fait pour vivre libre puisqu'il a une âme .
Donc si vous remarquez le personnage en question, approchez-vous doucement , pour ne pas terroriser la biche et demandez directement à l'interessé ce qu'il souhaite : vivre dans la forêt , dans un jardin auprès d'un propriétaire de pavillon rassuré sur la banalité de son quotidien , dans un appartement de jeune fille qui regarde Amélie Poulain en boucle depuis la sortie du DVD,sur l'autel d'un adorateur du géant Ymir ou dans le bureau du Maire qui , depuis le dernier conseil municipal , cherche l'ami perdu .

Si vous n'aimez pas les nains , vous pouvez adopter un géant  ou recueillir une biche égarée qui cherche le chemin de la forêt parmi les stands .

12/01/2009

l'ORTF présente en direct de l'assemblée nationale, Patrick et Patrick

" Une fois la parole obtenue, rien n'oblige d'ailleurs le député à parler du sujet. Le 15 décembre 2008 , lors de l'examen du projet de loi sur l'audiovisuel public, Patrick Bloche (PS, Paris) explique que les animateurs du site Génération Casimir ont attiré son attention sur un lapsus qu'il a commis trois jours plus tôt dans l'hémicycle. Bloche avait évoqué «les figures légendaires de la télévision : Nicolas, Pimprenelle et Zébulon, ainsi que Casimir le petit canard». Or, poursuit le député PS, «le petit canard était Saturnin et non Casimir». Et Bloche présente «des excuses publiques à toutes celles et tous ceux qu'(il a) pu choquer en confondant Casimir et Saturnin "

M. Marcel Rogemont. Mais Mme la ministre a eu raison de souligner que le cinéma ne se consomme pas de la même manière que la télévision. Les enfants ne passeraient pas trois ou quatre heures d’affilée à regarder des films au cinéma alors qu’ils peuvent rester des heures durant devant la télévision. Or les émissions de télévision destinées à la jeunesse, notamment les dessins animés, ont parfois de quoi nous horrifier, tant les messages qu’elles envoient sont durs. Des débats ont déjà eu lieu sur ces sujets, mais il serait bon de les approfondir.

Pour finir, je remercie le rapporteur d’avoir fait cause commune avec nous.

Mme la présidente. La parole est à M. Patrick Bloche, pour défendre l’amendement 468.

M. Patrick Bloche. Permettez-moi, madame la présidente, de faire une mise au point concernant une de mes interventions récentes. Vendredi soir, évoquant les figures légendaires de la télévision, j’ai cité aux côtés de Nicolas, Pimprenelle et Zébulon, « Casimir le petit canard ». Devant cette erreur, causée par la fatigue, à la fin de la troisième semaine de nos débats, Mme la ministre a profité d’une suspension de séance pour me signaler que le petit canard était Saturnin et non Casimir. J’ai également reçu un mail relevant mon erreur de la part des animateurs du site Génération Casimir. Je présente donc des excuses publiques à toutes celles et tous ceux que j’ai pu choquer en confondant Casimir et Saturnin. (Sourires.)

M. Franck Riester. J’espère que les Français sauront quelle épouvantable erreur vous avez commise !

M. Michel Herbillon. Vous devriez présenter des excuses à Casimir en personne !

M. Patrick Bloche. Il faut savoir reconnaître ses torts, chers collègues de la majorité. Et si vous le faisiez plus régulièrement, ce projet de loi aurait peut-être des chances de ne pas être adopté.

Pour ce qui est de l’amendement n° 468, je souligne qu’il s’agit d’un amendement de repli qui a toute sa pertinence. Vous avez fait le choix d’officialiser la pratique du placement de produit et M. le rapporteur, que je remercie de son honnêteté, a bien précisé qu’il s’agissait d’une possibilité offerte par la directive et non pas d’une obligation liée à sa transposition. Le placement de produit n’est en effet pas considéré comme un principe mais comme une dérogation.

Pour encadrer ce système dérogatoire, Didier Mathus a présenté un amendement ô combien pertinent destiné à prévenir le téléspectateur, à l’instar de ce qui se fait pour avertir le public du début et de la fin des spots publicitaires à la télévision ou pour informer le lecteur de presse, grâce à la mention « communiqué » ou « publicité », que certaines pages de journaux ont été achetées par des États et des grands groupes. Le téléspectateur est en effet un consommateur dont il importe de garantir les droits, qui sont au cœur de l’article 26.

Cet amendement vise à assigner des missions précises au CSA qui, en tant que haute autorité de régulation, sera amené à encadrer le placement de produit et à sanctionner les dérives existantes. Pour avoir, ce week-end, regardé certaines émissions de divertissement…

M. Franck Riester. Vous avez du temps pour ça ?

M. Patrick Bloche. Cher collègue, lorsqu’on est amené à parler de télévision dans cet hémicycle, mieux vaut la regarder ! Je peux même vous dire qu’il s’agissait des Enfants de la télé, émission dans laquelle j’ai eu bien du mal à discerner les moments qui n’étaient pas consacrés à des placements de produit. Certes, en matière de produits culturels, nous avons tendance à être plus indulgents. Mais le problème de fond est qu’il existe une grande inégalité en ce domaine.

Mme la présidente. Veuillez conclure, monsieur Bloche.

M. Patrick Bloche. Tous les artistes ne peuvent en effet se servir des médias pour annoncer un concert, la sortie d’un disque ou d’un DVD.

Mme la présidente. La parole est à Mme Martine Martinel, pour défendre l’amendement n° 469.

Mme Martine Martinel. Malgré l’erreur fatale qu’a commise M. Bloche en confondant Saturnin et Casimir, je voudrais me faire l’écho du message subliminal qu’il a émis tout à l’heure : je pense qu’il ferait un excellent ministre

Les députés ont-ils eu le temps de réviser leurs classiques depuis ?
Avec les soirées de présentations de voeux à leurs fidèles , administrés ou employés , j'en doute mais il faudrait pour cela aller les interroger à la sortie de l'Assemblée .
Quoiqu'il en soit , cela nous explique enfin, pourquoi , voici quelques mois ,épuisé par cette fréquention assidue , un chef de basse-cour , se croyant encore dans l'hémicycle , répondit Hi-Han , Hi-Han , en plein conseil municipal à un conseiller d'opposition ,  empruntant donc une de ses répliques fameuses à Cadichon * !!! La basse-cour , s'exprimant habituellement en piaillant , n'en avait  rien compris !

* Cadichon , personnage crée par la Comtesse de Ségur .

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu