Avertir le modérateur

20/11/2013

OPERATION GARE LISCH, demandez la lune !

https://www.facebook.com/GareLisch

Ce n'est pas parce qu'il pleut et qu'on aurait envie de prendre un train bleu ou un avion vers le soleil qu'il faut oublier la lune ...nous voulons la lune et le projet pour la réhabilitation de la Gare Lisch ,c'est un peu demander ou dessiner la lune .
Parfois, selon la manière qu'on a de cligner des yeux à la nuit, on peut en voir deux ,alors ...plus haut, plus fort ,plus nombreux et la gare redeviendra .

 

12/11/2011

La mémoire de mon père .

Quitté Levallois et ses ratées de commémoration pour aller " faire mémoire " ailleurs .
La " mémoire de mon père " comme un titre de livre pour dictées , vient de loin et se perd entre Trieste et Montauban .
Les premières photographies dentelées ont été prises de ce coté des frontières mais se sont ensuite perdues dans les valises des héritiers .
Petite fille à Arcachon en noir et blanc , adolescente en couleurs à Provins , j'ai peu mis mes pas dans les pas de mon père , mais on m'a raconté le tout jeune résistant ,l'Indochine et Madagascar avant Provins et sa piscine , ses remparts , ses cascadeurs, la maison près de la Mairie et le livre jamais terminé d'un itinéraire fier et sans doute plus ou moins rêvé .
La route et les paysages du 11 novembre 2011 étaient longs et sages comme d'une couleur obligée .
jusqu'au hameau de Toussacq.
Il y a toujours de l'orgueil à entendre la voiture rouler sur le gravier d'une allée comme si on prenait possession de la demeure qui s'élève au bout ...puis de l'humilité à saluer la propriétaire des lieux qui vous accueille avec douceur .
On ne racontera pas la conversation mais on aurait pu écrire sur des petits bouts de papier quelques mots imédiats puis les poser sur la table à coté des tasses de café et se dire qu'on avait presque les mêmes ..les principaux : des signes de pistes pour aller en avant ou en arrière  et quand on en aurait envie et on pouvait peut-être ,par la suite , les échanger .
Avant la nuit, je n'ai pas retrouvé la maison de mon père mais ça n'avait plus d'importance .

le lendemain, nous avons marché dans la lumière et poussé les portes de la chapelle et du pigeonnier ,de la demeure dormante où on entassait le grain , ramassé une pomme et des noix , puis nous sommes reparties avec ce poème d'automne .
http://hameau-de-toussacq.com/

24/05/2011

Parcours d'Ateliers Asnières sur Seine 2011

Dans le silence des portes refermées ,quand les visiteurs s'en étaient retournés chez eux ,on avait rangé les toiles et les outils, en se disant que tout cela était fort agréable , qu'on avait eu pour quelques heures l'impression d'être plus sensés à expliquer ce qui commençait à trouver une justification dans cette boucle de mots .
Il y avait de l'autre coté de la rue ,un café fermé pour cause de week-end qui ressemblait à un autre café disparu  .
D'une ville à l'autre , la poésie avait plus moins droit de cité comme la poussière des allées des parcs .
Le temps se perdait dans l'une au long des rues et cela n'avait pas d'importance ; on grandissait en rêvant de glycines ,voilà tout .
Dans l'autre , on perdait son fil rouge à moins de fermer les yeux très fort . On imaginait le ciel.
Une petite fille haïtienne ,assise sur le trottoir ,dessinait des cercles ,avec des sourires ,des yeux et des coeurs dedans pour qu'on ne l'oublie pas. 
On avait pris une photographie dont on découvrirait l'importance , plus tard sur un écran d'ordinateur ..toujours la poésie .
Hervé Prudon disait qu'il fallait tout faire pour ne pas déshonorer la poésie .
A la première exposition , il y avait une valise posée à terre ,remplie de livres et des pommes rouges sur les gradins noirs du Théâtre Espiègle d'Asnières .
Je ne savais pas ce que je peignais : des visages d'hommes et d'enfants pour avoir lu un roman infiniment tendre et perdu " Les hommes s'en vont " :je ne savais pas si je continuerais .
Peindre me semblait plus honnête qu'écrire .
Il y avait un énorme coffre-fort noir au bord de la scène  sur lequel on avait posé le portrait d'un banquier, comme séparé des autres. 
Puis , le théâtre avait été vendu .
Les saltimbanques et les enfants étaient partis vers leur vie .
Les mains s'inventent des racines pour s'en aller plus loin que les bras sagement replacés le long du corps .
Les mains dessinent des passerelles au dessus des jours et des voies ferrées.

DSC_0103.jpg

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu