Avertir le modérateur

22/07/2008

c'est de bonne guerre !!!

La Chine a renforcé jeudi ses restrictions sur l'entrée en territoire chinois d'artistes étrangers, a annoncé le ministère chinois de la Culture, trois semaines avant l'ouverture des Jeux Olympiques de Pékin.

"Les groupes artistiques et les artistes qui ont participé à des activités qui violent la souveraineté du pays ne doivent en aucun cas être autorisés à entrer" en Chine, a déclaré le ministère dans un communiqué.

Cette réglementation s'applique également aux artistes venant des territoires chinois de Hong Kong et de Macao, mais le ministère a indiqué qu'il allait surtout renforcer sa vérification des contenus des spectacles que doivent donner des étrangers en Chine.

Les spectacles ne doivent pas inciter à la haine de la nation, contribuer à détruire l'unité de la nation ou violer les usages religieux ou les coutumes locales.

"Les spectacles dont le contenu n'est pas légitime (au regard de cette réglementation, ndlr) ne doivent pas être approuvés", déclare le communiqué.

En mars dernier, la Chine avait averti les artistes étrangers qu'ils devaient respecter les lois du pays, après que la chanteuse islandaise Björk eut appelé appelé à l'indépendance du Tibet lors d'un concert à Shanghai.

Le durcissement de la réglementation pour les artistes étrangers intervient dans un contexte de renforcement des mesures de sécurité quelques semaines avant les Jeux Olympiques.

Ceux qui critiquent les autorités chinoises estiment qu'elles veulent à tout prix éviter que les Jeux ne soient perturbés par des protestations de militants tibétains, de dissidents chinois ou de militants étrangers des droits de l'homme. 

11/07/2008

peut-être que le mot c'est justice ( à cause de l'injustice )

L’information, c’est notre affaire. Ce n’est ni celle des gouvernants et des propriétaires des médias, ni celle des chefferies éditoriales et des prétendues élites qui les servent, ni celle des publicitaires qui la défigurent et des chargés de communication qui la maquillent. C’est celle de chacun et de tous, et particulièrement des journalistes professionnels, des citoyens-journalistes des médias du tiers secteur, des associations d’usagers et de critique des médias, des syndicats et des associations, et du public lui-même qui sont tous partie prenante, à des titres divers, de la production de l’information.

http://www.snj.fr/ 

Et puis ...

Jamyang Kyi a été arrêtée le 1er avril et a disparu depuis le 7 avril, d'après son mari Lhamo Kyab, lui-même un intellectuel tibétain de renom. On ne sait pas quelles charges sont retenues contre elle, et on ignore son lieu et ses conditions de détention ; il y a toutefois de fortes raisons de craindre qu'elle soit torturée.

Présentatrice à Qinghai Télévision depuis vingt ans, Jamyang Kyi est aussi une chanteuse populaire au Tibet depuis la sortie de son premier album en 1997, "Message du coeur". Elle a deux filles : l'aînée, 17 ans, est scolarisée à Pékin et la cadette, 5 ans, vit à Xining (Qinghai).
Née en 1965 en Amdo, province traditionnelle du nord-est tibétain maintenant incorporée à la province chinoise du Qinghai, Jamyang Kyi est issue d'une famille rurale de la préfecture autonome tibétaine de Tsolho (chinois : Hainan). Elle n'avait encore jamais eu maille à partir avec la police. Mais, d'après Radio Free Asia, les services de sécurité chinois ont interrogé ces dernières semaines des Tibétains qui se sont déjà rendus à l'étranger. Or, Jamyang Kyi avait été invitée en mars 2006 à New York, où elle avait chanté dans le cadre de concerts de musique tibétaine, en compagnie de chanteurs tibétains exilés, motif qui peut avoir contribué à son arrestation.

Une des premières bloggeuses de langue tibétaine 

LE NOUVEL OBS AVRIL 2008

Et puis ...

Des manifestations d’art vu du ciel dans le monde entier pour demander que les Jeux de Pékin laissent un héritage positif

9 juillet 2008

À la veille de l’anniversaire de l’attribution des Jeux 2008 à Pékin, des milliers de sympathisants d’Amnesty International se rassembleront dans plus de 20 lieux à travers le monde le 12 juillet 2008 en association avec Circle Up Now. Ils créeront des représentations visuelles de la Déclaration universelle des droits de l’homme, dans le but de rappeler aux autorités chinoises leurs promesses en matière de droits humains.

Voici la liste des événements prévus (par ordre chronologique selon l’heure GMT) :

ÉTATS-UNIS, WASHINGTON DC
Date : vendredi 11 juillet, 12 h 00 (16 h 00 GMT)
Lieu : 600 Pennsylvania Ave. SE, Washington DC

Contact : Wende Gozan Brown, +1 212 633 4247, portable +1 347 526 5520, wgozan@aiusa.org

INDE, UTTAR PRADESH
Date : samedi 12 juillet, 11 h 00 (5 h 30 GMT)
Lieu : campus AMU, Aligarh

Contact : Mohibul Haq, +91 9219742321, mohibulhaque@gmail.com

INDE, UTTARAKHAND
Date : samedi 12 juillet, 11 h 00 (5 h 30 GMT)
Lieu : Field of Bal Bharti School Kotdwara

Contact : Chitranjali Negi, +91 9917 339 213, kabir_210@yahoo.co.in

INDE, BENGALE OCCIDENTAL
Date : samedi 12 juillet, 11 h 30 (6 h 00 GMT)
Lieu : Saullah High School, Jalpaiguri

Contact : Subrata Sarker, +91 9733 183 956, sarkersubrata@rediffmail.com

INDE, MANIPUR
Date : samedi 12 juillet, 11 h 30 (6 h 00 GMT)
Lieu : Adimjati SC/ST boy’s hostel, Imphal

Contact : Leban Serto, +91 9436034426, leban.serto@gmail.com

INDE, KARNATAKA
Date : samedi 12 juillet, 11 h 30 (6 h 00 GMT)
Lieu : Lord’s Buy School field

Contact : Khazi Muzaffar, +91 9886108376, dr.qazi_islam@yahoo.com

TAIWAN, TAIPEI
Date : samedi 12 juillet, 14 h 00 (6 h 00 GMT)
Lieu : Hsyin-Yi Plaza

Contact : Gin-Huey Yang, +886 972096860, everhope511@gmail.com

INDE, NEW DELHI
Date : samedi 12 juillet, 12 h 00 (6 h 30 GMT)
Lieu : Hindu College Campus ground

Contact : Javed Naqi, +91 11 9873258274, javed@amnesty.org.in

NÉPAL, KATMANDOU
Date : samedi 12 juillet, 12 h 00 (6 h 45 GMT) (selon la météo) 
Lieu :  Baudha, Jorpati

Contact : Rameshwar Nepal, +977 4364 706 ou +977 4365 431, rameshwar@amnestynepal.org

CORÉE DU SUD, SÉOUL
Date : samedi 12 juillet, 16 h 00 (7 h 00 GMT)
Lieu : Parc olympique

Contact : Moon Lee, + 82 2 730 4755, campaignamnestykr@gmail.com

TURQUIE, ISTANBUL
Date : samedi 12 juillet, 11 h 00 (8 h 00 GMT)
Lieu : Galatasaray Lisesi Onu, Taksim

Contact : Burcu Turkay, +905332971531, burcu.turkay@amnesty.org.tr

ROYAUME-UNI, LONDRES
Date : samedi 12 juillet, 9 h 30 (8 h 30 GMT)
Lieu : The Scoop, City Hall

Contact : Josefina Salomon, +44 207 413 5562, portable +44 7778 472 116, jsalomon@amnesty.org

FINLANDE, HELSINKI
Date : samedi 12 juillet, 12 h 00 (9 h 00 GMT)
Lieu : Senate Square

Contact : Meri Mäkihannu, +358 40 833 0485, meri.makihannu@amnesty.fi

SUISSE, BERNE
Date : samedi 12 juillet, 11 h 00 (9 h 00 GMT)
Lieu : Schwellenmätteli, Berne

Contact : Manon Schick, +41 79 430 14 68

INDE, KERALA
Date : samedi 12 juillet, 15 h 00 (9 h 30 GMT
Lieu : MES School field

Contact : Jayashree, +91 9895915479, jayashree.karmajyothi@gmail.com

INDE, TAMIL NADU
Date : samedi 12 juillet, 15 h 00 (9 h 30 GMT)
Lieu : AV Higher Secondary School ground

Contact : Dr. G. Rajaram, +91 9994671635, profrajaram@gmail.com

TOGO, LOMÉ
Date : samedi 12 juillet, 10 h 00 (10 h 00 GMT)
Lieu : à préciser

Contact : Guy SIEKRO, +228 909 98 05

POLOGNE, VARSOVIE
Date : samedi 12 juillet, 12 h 00 (10 h 00 GMT)
Lieu : Plac Zamkowy (place du Château dans la Vieille ville)

Contact : Monika Deptu, +44 691 357 935, monika.deptula@amnesty.org.pl

BURKINA FASO, OUAHIGOUYA

Date : samedi 12 juillet, 10 h 00 (10 h 00 GMT)
Lieu : Place de la Nation
Contact : Ouedraogo Christian, +226 78 21 36 56, songdebkieta@yahoo.fr

PAYS-BAS, CÔTE
Date : samedi 12 juillet, 12 h 30 (10 h 30 GMT)
Lieu : Engelsmanplaat, à marée basse près de la tour de guet

Contact pour les médias : Yvette Hoogerwerf, +31 207 733 669, y.hoogerwerf@amnesty.nl

SUÈDE, MALMÖ
Date : samedi 12 juillet, 16 h 00 (12 h 00 GMT)
Lieu : environs de Turning Torso

Contact : Mikael Johansson, +46 731 501 388, mikaeljohansson@fastmail.fm

GRÈCE, ATHÈNES
Date : samedi 12 juillet, 17 h 00 (14 h 00 GMT)
Lieu : site archéologique de la Pnyx, métro Acropole ou Thysio

Contact : Anna Botsoglou, +30 210 36 00 628, press@amnesty.org.gr

ISRAËL, TEL AVIV
Date : samedi 12 juillet, 18 h 00 (15 h 00 GMT)
Lieu :  Centre Suzanne Dellal

Contact : Vered Cohen-Barzilay, +972 3 525 0005, amnesty5@netvision.net.il

PARAGUAY, ASUNCION
Date : samedi 12 juillet, 11 h 00 (16 h 00 GMT)
Lieu : Expo 2008 - Asociacion Rural del Paraguay, Mariano Roque Alonso

Contact : Andres Vazquez, +595 21 604 329, portable +595 (0) 981 985 383, desarrollo@py.amnesty.org

MEXIQUE, GUADALAJARA
Date : samedi 12 juillet, 10 h 00 (15 h 00 GMT)
Lieu : université de Guadalajara

Contact : Omar Avilés, +52 1 331 289 6698, avilesco@gmail.com

ITALIE, FLORENCE
Date : samedi 12 juillet, 19 h 00 (17 h 00 GMT)
Lieu : Piazza della Repubblica

Contact : Paola Nigrelli, +39 064490224, p.nigrelli@amnesty.it

MEXIQUE, MEXICO
Date : samedi 12 juillet, 20 h 00 (dimanche 13 juillet, 1 h 00 GMT)
Lieu : Plaza de las Tres Culturas

Contact : Charlotte Maurier, +52 55 56 87 60 10, charlottemaurier@hotmail.com

MALI, BAMAKO
Date : à préciser
Lieu : place de l’Afrique, Bamako

Contact : Kader Krouman, +223 490 0920, odetfr@yahoo.fr


Pour en savoir plus sur l’une de ces manifestations ou prendre rendez-vous pour une interview :

Amnesty International : Josefina Salomon, +44 207 413 5562, portable +44 7778 472 116, jsalomon@amnesty.org

Euh ... et nous ?

A un mois des JO, Pékin fait taire les voix indésirables

AP | 11.07.2008 | 15:38

Militants faisant campagne contre le sida ou l'hépatite, vagabonds: à un mois du début des Jeux Olympiques, le gouvernement chinois fait taire tous ceux perçus comme indésirables et considérés comme une menace potentielle pour le bon déroulement des jeux.

Lu Jun est l'un d'entre eux. Son site Internet défendant les droits de millions de Chinois atteints de l'hépatite B a été fermé en mai. En juillet, il a été retenu pendant quatre heures par la police à son retour de Los Angeles, où il assistait à une conférence sur l'hépatite.

Les policiers, explique-t-il, voulaient savoir ce qu'il comptait faire avec le grand drapeau rouge trouvé sur lui, appelant les pouvoirs publics chinois à agir contre la maladie. Son site web récemment fermé revendiquait quelque 300.000 membres. "Le site parle de la discrimination" dont sont victimes les malades "et les gens critiquent le gouvernement. Ce sont des choses négatives et ils ne veulent pas perdre la face pendant les Jeux", analyse Lu.

Wang Lijun, 37 ans, est lui venu avec une quarantaine d'autres personnes de plusieurs endroits du pays, afin de demander l'intervention du pouvoir central dans diverses affaires locales. Certains ont été interpellés par la police et parfois renvoyés directement chez eux, témoigne-t-il.

Originaire de la province de Shanxi dans le nord de la Chine, Wang s'est déjà rendu à de nombreuses reprises à Pékin, pour tenter de toucher les pensions dues à son père, ancien combattant de la deuxième guerre mondiale et de la guerre de Corée, qualifié par la suite de "criminel politique". Au cours des derniers mois, poursuit Wang, les autorités lui ont explicitement demandé à deux reprises de ne pas se déplacer à Pékin, en raison des JO.

Il a passé outre cette interdiction, mais "maintenant, je ne peux plus aller à l'hôtel. Je dois vivre dans les rues parce que si jamais j'enregistre mon nom, la police me mettra dehors". La pression policière croissante incite certains militants à quitter Pékin, tandis que d'autres ont reçu l'ordre de partir, confirme Sara Davis d'Asia Catalyst, une organisation de défense des droits de l'homme.

Wan Yanai, pionnier du militantisme pour les droits des malades du sida, ne restera pas à Pékin pendant les Jeux, du 8 au 24 août. Depuis fin mai, explique-t-il, la police le suit régulièrement, parfois 24h sur 24. Plusieurs dizaines de militants ont été assignés à résidence ou placés sous surveillance, ajoute Wan. "Les gens, cette année, font très attention, et sont peu nombreux à organiser des activités importantes", dit-il, en notant que deux sites internet et des forums consacrés au sida ont été fermés.

Selon Zhang Shihe, qui tient un blog largement consacré aux conditions de vie des travailleurs migrants à Pékin, les autorités de la capitale ont invité hôteliers et habitants à ne pas héberger de personnes en provenance du Tibet, de Mongolie Intérieure et du Xinjiang, province de l'ouest où vit une importante communauté musulmane.

Mendiants et vagabonds ne sont pas non plus les bienvenus. Liu Qi, secrétaire du Parti communiste chinois à Pékin et président du Comité d'organisation des JO, avait clairement annoncé dès janvier 2008 qu'ils seraient évacués de la capitale chinoise. AP

LE NOUVEL OBS juillet 2008

 

 

Passe d'armes Sarkozy/Cohn-Bendit à propos des JO de Pékin

jeudi 10 juillet 2008

Venu présenter devant le Parlement européen les priorités du semestre de présidence française de l'UE, Nicolas Sarkozy a été pris à partie par Daniel Cohn-Bendit, le coprésident du groupe des Verts, qui lui reproche sévèrement d'assister à la cérémonie d'inauguration des Jeux olympiques, le 8 août prochain à Pékin.


"Quand vous rédigerez votre autobiographie, vous regretterez ce que vous avez fait (…) Monsieur le Président, c’est une honte, c’est minable d’aller à l’ouverture des Jeux olympiques", a tonné Daniel Cohn-Bendit, s'étranglant presque d'émotion.


L'eurodéputé vert avait, pour l'occasion, revêtu le tee-shir noir de
Reporters sans frontières, où les anneaux olympiques sont transformés en menottes.



Nicolas Sarkozy a fait front et assumé sa décision de se rendre à Pékin malgré la répression au Tibet et les arrestations d'opposants : "Ce n’est pas par l’humiliation de la Chine que l’on fera progresser la question des droits de l’homme, mais par un dialogue franc et direct (...) Je veux y aller et je veux parler", a déclaré le président de la République, cinglant au passage Kong Quan, l'ambassadeur de Chine en France.


Le diplomate chinois avait dénié au président français le droit de recevoir le dalaï-lama lors de sa prochaine visite en France, mi-août. Sans dire s'il recevra le dirigeant tibétain, Nicolas Sarkozy a, en quelque sorte, remis l'ambassadeur et le régime de Pékin à sa place: " Ce n’est pas à la Chine de fixer mon agenda et de fixer mes rendez-vous."


Nicolas Sarkozy peut se sentir conforté par le vote des eurodéputés: ils ont renoncé, lors d'un vote, à demander le boycottage des JO de Pékin, comme ils en avaient brandi la menace, en avril, en pleine répression des émeutes de Lhassa.


Au lieu de cela, le Parlement européen se contente d'appeler la Chine à respecter sa promesse d'améliorer les droits de l'hommes, promesse faite en 2001 lorsque Pékin a obtenu les JO.



Après son intervention dans l'hémicycle, le chef de l'Etat a néanmoins tendu la main à Daniel Cohn-Bendit, l'invitant "travailler avec Bernard Kouchner" sur une liste de prisonniers politiques en faveur desquels il est prêt à intervenir auprès de Pékin.

source :http://www.ouest-france.fr/ 

 

( ça fait du bien )  

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu