Avertir le modérateur

07/03/2009

CITOYEN CAPTEUR ...

La ville du futur pensée comme un cadeau (empoisonné)

Pour la sociologue et anthropologue canadienne Anne Galloway, nous avons de multiples manières de désigner la ville du futur. On parle de villes hybrides, sensibles, mobiles, adaptatives, piratables… autant de mots qui expriment des attentes, des angles de vues, des choix. Mais le risque des possibles que nous dessinons est d’ignorer ceux qui vivront dans ces villes.

Ann Galloway par MRTNK
Image : CC. Anne Galloway sur la scène de Lift, par MRTNK.

“Et si l’on imaginait la ville du futur comme un cadeau que l’on voudrait faire aux gens ?”, suggère Ann Galloway, dans toute la complexité qu’implique le fait de penser, d’offrir, de recevoir un cadeau. Que pourrait-on faire de ces masses d’information que produisent les villes que nous ont montrées Carlo Ratti et Dan Hill ? Les gens vont-ils participer plus activement à la vie politique de leur ville en cartographiant leur environnement ? Pas si sûr, car tout le monde ne veut pas participer à la collecte de données et tout le monde ne sait pas lire ces données. Tout le monde n’a pas la capacité de produire du sens à partir des données collectées. On le voit à l’aune de cet exemple, le public concerné par la participation à la collecte de données locales n’est pas si large. Il concerne plutôt des micro-communautés, des communautés actives.

“On ne résoud pas globalement les problèmes urbains de cette manière pour autant qu’il y ait encore des manières de les résoudre globalement”. D’autre part, précise-t-elle, quand les données scientifiques sont les informations les plus appropriées qu’un citoyen puisse collecter, l’action politique repose sur la conformité aux structures existantes de connaissance et de pouvoir. Les capteurs capturent des données définies à l’avance, considérées comme appropriées par ceux qui savent, qui ont conçu, produit, choisi les capteurs. Il y a aussi l’hypothèse sous-jacente, selon laquelle les mesures objectives comptent plus que la subjectivité. “Ce n’est pas une mauvaise hypothèse : mais c’est un choix !”

L’émergence du citoyen-capteur, comme elle les appelle, n’est pas aussi évident qu’il y paraît. Comme le suggère Anne Galloway, il nous faut à la fois expérimenter, explorer de nouvelles formes d’action politique, et en même temps analyser les limites et les biais de ces actions. “Je crois en effet que nous ne pourrons produire des transformations profondes et durables qu’en dépassant - ou en contournant - ces limitations.”

.....la suite sur http://www.internetactu.net/2009/03/04/quelle-ville-voulo...

08/02/2008

je voulais faire une note sur l'orgueil

et l'idéal , parce que ...enfin , une overdose de dégout en milieu de journée , un raz-de-marée, tout autour, d'obéissance d'indifférence, de compromis , de bétise m'ont ,l'espace d'un instant, fait ressentir le déclin de ce début de siècle .

Les destins croisés ne mènent pas toujours au merveilleux et tous les Slaves n'ont pas forcément d'âme , tous les Combats  n'engendrent pas de consciences , mais nous nous sommes assis quelques minutes sur un des bancs autour de la place et les gens passaient , un peu au large . J'ai remarqué que seul J.P portait un bonnet et que mon S.D.F aux yeux bleus portait une casquette . Nous avons regardé les photographies de " CHEZ THEO " et nous avons parlé du maire , du contenu de Levallois-Infos et de la mise en page .

" vous avez vu la façade du conservatoire , les vitres sont déjà fissurées . En fait , il manque un pied au bâtiment ! " et il m'a expliqué un truc technique , que j'ai oublié sur le pied , le corps, la tête ...et ses mains tournaient les pages du dossier Théo , dans un sens , puis dans l'autre " elles sont bien vos photos , mais il faut en faire avec des gens "
Je lui ai dit que j'en avais , sur le blog , que je lui en apporterais, la prochaine fois ...ensuite , il m'a remerciée de lui avoir montré mon book , mais moi , j'ai trouvé ça ironique et merveilleux . 

Plus loin , j'ai rencontré Super-nanny et c'était bien ...On a parlé de Théo , aussi .

 

Au milieu de l'hiver, j'ai découvert en moi, un invincible été !
Albert Camus  

04/02/2008

jour après jour

Un peu moins de papier dans les boites aux lettres , oui, mais la période électorale doublée des publicités pour l'équipement de la maison en blanc , n'est pas idéale sur ce point ...
Il y a à l'entrée de l'immeuble , une poubelle qui vomit les publicités et les catalogues , les infos sur la ville et les super-marchés, les plaquettes aimantées pour le frigo avec les numéros de téléphone du serrurier ou de la police .
Même avec un tempérament écologiste ou créatif , difficile de recycler tout .
On imprime sans " imprimer " et on déchire , après avoir lu vaguement .
Chaque soir , la corbeille à papiers est pleine et les sacs noirs , verts ou bleus gonflés de pots vides .
Dans les rues de la ville , ce sont les cartons d'emballage , à la sortie des bureaux ou les journaux du matin ou du soir qui finissent dans les litières pour chats .

Edna St Vincent Millais : 

I KNOW

BUT I DON'T APPROVE

AND I'M NOT RESIGNED  

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu