Avertir le modérateur

02/10/2008

Au commencement, était Andy ...

 1114warhol1_narrowweb__300x375,0.jpgWarhol.jpg750-http___duckhenge_uoregon_edu_io_images_story_18-Warhol_Ali_JPG-orig.jpgwarhol ...706-andy-warhol-2.jpgperso 003.jpget puis ...et puis , le temps a passé et les stars sont montées au ciel ,  ce qui est

 

 

 

logique                                                                  

et les peintres n'ont plus eu pour modèles que les " people " c'est à dire , les gens ...
alors , ce soir , à l'Escale , il y avait des portraits de gens .
Ce qui serait drôle , ce serait de prendre des petits morceaux de l'un et de l'autre et de les coller pour voir quel genre d'humain ça ferait ? perso 005.jpgperso 007.jpgperso 008.jpg

 

 

 

 

Et puis , il y avait un spectacle " Balade Parisienne " léger, charmant avec des textes parfois émouvants  d'auteurs peu connus , ludovic Janvier ou franck Venaille .
Alors , après le spectacle , pour la résonnance de ces porteurs de couverture rouge comme d'autres porteurs de coeur , on s'en va sur internet chercherce qu'ils ont écrit et on trouve ça :
Je viens de loin. J’ai vu les villes avec leurs cimetières les morts qui manifestaient moi j’embrassais Bernard sur la bouche dans les chiottes du Canon de la nation je viens de loin avec mon ami Essenine. Les hommes je les ai vus se battre humilier torturer ricaner appeler leurs mères femmes enfants couvées J’ai pris part j’ai manifesté avec ceux de La Havane et d’Alger j’ai vendu l’Huma eu froid peur envie de trahir de me reposer . franck Venaille
et
Neige dehors neige dedans
neige lente sur les frissons
neige noire à crever les yeux
pas un humain qui vous réponde
il doit leur neiger sur la voix
est-ce que tout le monde est mort
est-ce que je suis le dernier vivant
enfoui sous quelques flocons de rien
(posant le rien tout autour je veux dire)
corrompu jusqu’à l’os par le deuil et le froid
car il neige à n’en plus finir
de plein fouet sur le chagrin
comme autrefois doucement sans pardon
neige légère à serrer le cœur
neige lourde à tuer le temps
c’est bien l’éternité comme prévu
qui précipite exactement sur moi
c’est tout simple il ne fallait pas naître
Ludovic Janvier, La mer à boire, Gallimard, 1987,  p. 90.

perso 027.jpgperso 022.jpg

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu