Avertir le modérateur

25/05/2008

self-collateralisation and so on ...

  "  Bonjour,
   
    Mon avocate me redit l'intérêt d'avoir un maximum d'attestations
    De journalistes, magistrats, universitaires pour les prochains procès en diffamation.
La position de Clearstream est très agressive à mon égard. Je dois les énerver...
    Leur avocat explique que si j'ai été soutenu par le passé,"les" journalistes ou "les" magistrats se seraient rendus compte de mon "côté manipulateur", de ma "duplicité" et m'auraient lâché.
Ça me ferait sourire si ce n'était accompagné de demande de dommages et
intérêts et amende de folie.
    Je serais, aux yeux des défenseurs de la multinationale, une sorte
de dangereux récidiviste.
    Ce type d'argumentation pourrait me faire sourire mais pour m'en
être peu soucié, il a déjà porté lors de mon unique condamnation suite à une itv publiée par le journal VSD
(1500 euros d'amende et 6000 de frais divers)...

 ...Nous avons jusqu'au 29 mai pour recevoir des attestations (la date a
été repoussée).

    L'attestation doit être courte, MANUSCRITE et indiquer le sérieux de
mon enquête y compris dans le décryptage de l'affaire du corbeau.
Si vous ajoutez à quel point ma mise en examen et l'interdiction de mon
livre semblent injustes, ça ne dérange pas.
N'oubliez pas la mention "je sais que cette attestation peut être  produite en justice", et de joindre une photocopie de pièce d'identité.
L'adresse où l'envoyer
Bénédicte Litzler 156 rue de Rivoli 75001 PARIS.
   

    Bien à vous
    Denis Robert  "

pour rappel

13 décembre 2006

Clearstream : haro sur la liberté d'informer

denis_robert_comit_"La liberté de presse, d'écrire et d'informer est bafouée par le pouvoir de l'argent et les intrigues politico-financières. Les super-menteurs du monde politique, de la finance et de l'armement sont écartés de toute poursuite" : mais pas Denis Robert, qui a fait hier cette déclaration à sa sortie du bureau des juges venant de lui signifier sa mise en examen dans l'affaire des listings falsifiés de Clearstream. Les magistrats auront donc suivi les recommandantions du parquet de Paris, scélérate marionnette : il faut punir ceux qui ont révélé l'affaire, parce qu'ils ont osé entrer en possession d'éléments qui ne les regardaient pas : protégeons le secret sur les opérations illégales ! Que reproche-t-on en effet au journaliste écrivain ? "Recel de vol et d'abus de confiance", pour avoir détenu des listings bancaires subtilisés à la chambre de compensation luxembourgeoise par Florian Bourges, à la faveur d'un audit qu'il avait mené, alors qu'il était stagiaire dans un cabinet de consultants. Lui aussi est bien sûr mis en examen, pour "vol et abus de confiance". La justice française prend donc le parti de défendre Clearstream. Et s'asseoit sur la liberté d'informer :"Si les professionnels de la presse doivent être poursuivis chaque fois qu'ils sont amenés à entrer en possession ou à prendre connaissance de documents qui n'étaient pas destinés à être rendus publics, c'est tout le travail du journalisme d'investigation qui pourrait être compromis", s'indignait ainsi Reporters Sans Frontières fin octobre, craignant l'éventuelle mise en examen. Cette ignominie est donc aujourd'hui d'actualité. Un comité de soutien à Denis Robert s'est constitué, dont le blog est accessible ici. (Gageons qu'il apportera aussi son aide à Florian Bourges, son informateur.) Parce que le journaliste ne peut plus assumer les frais énormes occasionnés par le véritable harcèlement judiciaire dont il est la victime : 31 procédures sont actuellement en cours et au total, plus de six millions d’euros de dommages et intérêts cumulés sont ainsi réclamés à Denis Robert, ses témoins, les Arènes et Julliard ses éditeurs ou Canal + qui a diffusé ses films. Même s'il gagne ses procès, encore faut-il payer les avocats. Pourquoi cette persécution ?
Pour avoir révélé
l'existence d'une gigantesque lessiveuse d'argent sale, politiquement protégée par un Etat membre de l'Union Européenne, le Luxembourg, et qui implique la BNP Paribas, la Société Générale, Le Crédit Lyonnais, la Chase Manhattan, la Barclay's, la Deutch Bank... Le coeur du système capitaliste ! Il ne fait décidément pas bon s'attaquer aux puissances économiques.
A méditer, alors que la loi de prévention de la délinquance de Nicolas Sarkozy, votée la semaine dernière, ne contient pas une seule disposition contre la délinquance financière.

Source : Plume de PRESSE OLIVIER BONNET  

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu