Avertir le modérateur

17/02/2008

la presse : Thierry MASURE AFP - Dimanche 17 février, 15h06

LEVALLOIS-PERRET (AFP) -
Ségolène Royal
s'est faite dimanche l'avocate de la "morale républicaine" lors d'une visite de soutien au candidat PS à la mairie de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), où elle a été escortée par des militants socialistes mais aussi de nombreux partisans du maire, Patrick Balkany.

L'ex-candidate socialiste à la présidentielle s'est cependant gardée de toute attaque frontale contre ce proche du président Nicolas Sarkozy, en parcourant pendant trois quarts d'heure le marché et les rues du centre-ville.

"Personne n'est propriétaire de terres. On n'est plus dans une monarchie, qu'est-ce que ça veut dire? C'est curieux, la résurgence d'un vocabulaire d'un autre âge!", s'est-elle exclamée, alors qu'on lui demandait si elle venait "défier M. Balkany sur ses terres".

Selon Mme Royal, cette visite se voulait "un soutien tout simple à un excellent candidat, un besoin d'alternance sur un territoire". "Il y a une morale républicaine qui peut être incarnée par le candidat" socialiste, Thierry David, 47 ans, a-t-elle fini par lâcher.

La présidente du Poitou-Charentes s'est aussi autorisée à critiquer l'attribution, le 31 janvier dernier, du grade de chevalier de la Légion d'honneur à Isabelle Balkany, épouse du maire et vice-présidente du conseil général des Hauts-de-Seine. "La Légion d'honneur n'a jamais servi à récompenser les amis politiques qui n'ont rien fait de particulier au service de la nation", a-t-elle déclaré.

"Il y a un vrai combat à mener en termes de vigilance républicaine ici, le maire actuel cède au clientélisme et ça endette terriblement cette ville", a renchéri M. David.

M. Balkany avait été condamné en 1996 à 15 mois de prison avec sursis et deux ans d'inéligibilité pour avoir affecté trois agents municipaux de Levallois-Perret à son usage personnel, selon la justice.

Pour la venue de Mme Royal, le maire sortant avait mobilisé plusieurs dizaines de militants UMP, portant des tee-shirts bleus avec, en lettres blanches, "Patrick Balkany - Levallois, c'est vous!".

Ils sont restés collés aux basques de la responsable socialiste. "Ségolène, la sortie!", ont-ils scandé alors que Mme Royal regagnait sa voiture. "Balkany, à Neuilly, Balkany, en prison!", ont riposté les militants PS, vêtus de tee-shirts rouges.

"C'est bien de venir ici, dans cette terre d'horreur", a lancé à Mme Royal une passante d'âge respectable, qui portait au revers un autocollant marqué "AntiSarko".

Histoire de montrer qu'il entendait bien rester maître chez lui, M. Balkany, fort du soutien de ses troupes, est allé à la rencontre de Mme Royal, échangeant quelques mots avec elle. "L'enjeu, ce n'est pas Levallois-Perret. Elle est là pour les caméras de télévision, c'est tout!", a-t-il déclaré à la presse.

Poursuivant ses visites de soutien aux candidats socialistes, Mme Royal devait ensuite se rendre à Pontoise (Val d'Oise), une ville également détenue par la droite, avec le candidat PS Didier Peyrat.

03/02/2008

pot pourri et ballons rouges

Il y a des jeux comme ça à la télévision ...qui a dit quoi ? ou kikadikoi ...

" Toi , retournes donc dans ta mosquée ! "

les rouges , les jaunes , les bleus ?

ça finira par une envolée  de ballons , cette histoire de campagne municipale ?
Dans ce cas , j'ai une nette préférence pour l'histoire de Bernard Lamorisse.

" la mairie , il l'a héritée de ses parents , monsieur B.? "
ça , c'était dans le bus 53 ; ça aura eu le mérite de faire rire les passagers pour Neuilly ...

" c'est pour qui ? ah bon, je vous le prends , parce que l'Autre , y'en a marre ! "

" ce ne sont pas les partis politiques qui changeront la misère humaine , il faut une intervention divine ! "

" finalement , qu'est-ce qui compte ? l'humain , les gens , la tendresse ! Les étiquettes , c'est juste comme ça ! "   

On entend de tout finalement , le dimanche matin , rue Henri Barbusse  .

Il y avait aussi un joueur de tennis , des pom-pom ladies ou cheerleaders , un sport féminisé dans les années 40 et sans limite d'âge , et un monsieur avec des cheveux comme Archimède , le hibou de Merlin l'enchanteur , qui s'obstine à me laisser imaginer son identité comme s'il était famous and notorious mais je regarde de moins en moins la télévision , alors ....

En revenant , un passage " Chez Théo " ...C'est fou ça de vouloir expulser de sa maison une vieille dame handicapée de 80 ans ! 

 

02/02/2008

FREDERIC et les autres

Il  fallait sûrement des St Vincent de Paul ou des St Martin mais le premier était curé à Clichy et le second faisait brûler le trône impérial à Trèves ...Je me suis levée en me demandant quel " people " nous aurions pu engager dans notre campagne pour charmer davantage la population Levalloisienne qu'Henri Lecomte ou Madame Fefeu ? J'ai pensé à Florent Marchet à cause de sa chanson et puis à Viggo Mortensen , mais il est un peu loin ...sinon , le retour du roi aurait réglé le problème sans doute pour partie !!!

quoiqu'il en soit , il n'est pas normal de rencontrer rue Aristide Briand , à la sortie d'une boulangerie , un type sans abri, qui ne parvient pas à expliquer sa détresse .Il n'est pas tolérable que, dans une ville aussi riche , même si elle est endettée , aucune femme dans cette situation , ne puisse trouver refuge ! 

J'ai vécu , pendant des années , en déposant , parfois , une pièce ou un sourire dans la main de " ces gens-là " et l'hiver dernier , mon St Martin à moi était un " fils de famille"  lyonnaise , désespéré de  la médiocrité humaine .
Il m'a contaminée mais à l'envers , coté espoir , et le 26 décembre , nous avons veillé Frédéric ,sur un trottoir parisien , dans un froid extrème , pendant des heures ,jusqu'à l'arrivée du Samu social .Nous avons déclenché un relai de paroles , de sandwichs ...nous sommes repartis , avec un mélange de bonheur et de honte derrière les yeux !
Quelques jours plus tard , nous trouvions un sac à dos oublié sur un banc où J. avait vu , le matin matin même , un autre sans-abri attendre le passage d'un St Martin , un peu de chaleur ...et puis , il avait disparu .
Nous avons contacté tous les numéros griffonnés sur un minuscule agenda , en Allemagne et plus tard , nous lui avons rendu cette part de vie . il avait perdu la mémoire .

Personne , monsieur le maire , ne décide de vivre seul ainsi, personne ne choisit d'avoir faim et froid , d'affronter les regards embarassés des passants , personne ne se résigne vraiment à vivre avec pour seul échange d'humanité, le regard tendre d'un chien !

Une place , en cette vie , n'est que le fruit du hasard ! 

D.ZELIC  

http://www.levalloisavenir.net/ 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu