Avertir le modérateur

08/11/2009

Les mots du jazz Yves Budin

 

Boire un dernier whisky aux aurores dans un bar de New York, s'assoupir un sax au cou dans la salle d'attente d'un aéroport, se réveiller décapsulé au lendemain d'une jam-session dans un hôtel miteux à Harlem et s'appeler Coltrane, Monk, Parker, Kirk, Davis ou Mingus, ce n'est plus seulement boire un whisky, attendre un avion, se réveiller…, non, c'est plus que ça : c'est être jazz.
Et c'est ce que j'essaie de rendre au travers de mes dessins.

Yves Budin

au
Centre Wallonie-Bruxelles, du 21 octobre 2009 au 24 janvier 2010
Dans le cadre de deux siècles de Jazz en Belgique francophone
48 rue Quincampoix
Programme des concerts et conférences :http://www.cwb.fr/

DSCN5590.JPGDSCN5588.JPGDSCN5589.JPG

29/11/2008

La musique hors-les murs ...William Pizon

http://www.williampizon.com/

Le festival de jazz démarre piano battant

mercredi 19.11.2008, 05:04 - La Voix du Nord

 Le Studio4 était plein pour ce concert qui a accompagné deux classiques du cinéma muet.
Le Studio4 était plein pour ce concert qui a accompagné deux classiques du cinéma muet.

| MARQUETTE-LEZ-LILLE |

Le deuxième festival de jazz, lancé par l'association Arts et Musique en scène a débuté samedi avec une soirée de Ciné Concert totalement débridé. Seul sur scène et en parfaite harmonie avec son piano, William Pizon a enthousiasmé les spectateurs.

 

Ce virtuose de ragtime accompagnait la diffusion sur grand écran de deux classiques du cinéma muet, The Grooms avec Laurel et Hardy et le Fantomas de Louis Feuillade. Le concert était gratuit, le Studio 4 était plein, le public a adoré.

Bien plus qu'une bande son, la musique de William Pizon vit en osmose avec les images et donne une sacrée dimension à ce cinéma que l'on dit muet. Avec cet artiste, les films peuvent se passer de dialogue. Pour la première projection, petits et grands ont été ravis de retrouver les péripéties de Laurel et Hardy. Les enfants ont beaucoup ri pendant que les adultes tentaient de suivre du regard la course folle des mains du pianiste, capable de fabuleux changements de rythme. Le Fantômas est moins burlesque mais William Pizon est autant à l'aise dans l'art du suspense. Ses montées en puissance sonores collent à l'action, et parviennent à traduire le ressenti des acteurs.

À l'entracte et après les films, le pianiste a offert en bonus quelques morceaux de ragtime, dont certains de sa composition. Pendant quelques instants, il a même proposé un cours en détaillant le rôle de chaque main mais il n'a pas expliqué comment il est possible d'arriver à son niveau de virtuosité !

À tous ceux qui pensent que le jazz est une musique élitiste, le ragtime qui est un peu son ancêtre, répond en touchant directement au coeur. Ce premier concert qui ouvrait le festival a placé la barre très haut. Le prochain groupe qui relèvera le défi se produira à la salle d'honneur de la mairie vendredi prochain. Les Baskery (ex-Slaptones) est composé de trois soeurs qui conjuguent le blues, la country le jazz et le rock à la mode suédoise.

• BENOIT LEMAÎTRE (CLP)

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu