Avertir le modérateur

11/07/2008

Passe d'armes Sarkozy/Cohn-Bendit à propos des JO de Pékin

jeudi 10 juillet 2008

Venu présenter devant le Parlement européen les priorités du semestre de présidence française de l'UE, Nicolas Sarkozy a été pris à partie par Daniel Cohn-Bendit, le coprésident du groupe des Verts, qui lui reproche sévèrement d'assister à la cérémonie d'inauguration des Jeux olympiques, le 8 août prochain à Pékin.


"Quand vous rédigerez votre autobiographie, vous regretterez ce que vous avez fait (…) Monsieur le Président, c’est une honte, c’est minable d’aller à l’ouverture des Jeux olympiques", a tonné Daniel Cohn-Bendit, s'étranglant presque d'émotion.


L'eurodéputé vert avait, pour l'occasion, revêtu le tee-shir noir de
Reporters sans frontières, où les anneaux olympiques sont transformés en menottes.



Nicolas Sarkozy a fait front et assumé sa décision de se rendre à Pékin malgré la répression au Tibet et les arrestations d'opposants : "Ce n’est pas par l’humiliation de la Chine que l’on fera progresser la question des droits de l’homme, mais par un dialogue franc et direct (...) Je veux y aller et je veux parler", a déclaré le président de la République, cinglant au passage Kong Quan, l'ambassadeur de Chine en France.


Le diplomate chinois avait dénié au président français le droit de recevoir le dalaï-lama lors de sa prochaine visite en France, mi-août. Sans dire s'il recevra le dirigeant tibétain, Nicolas Sarkozy a, en quelque sorte, remis l'ambassadeur et le régime de Pékin à sa place: " Ce n’est pas à la Chine de fixer mon agenda et de fixer mes rendez-vous."


Nicolas Sarkozy peut se sentir conforté par le vote des eurodéputés: ils ont renoncé, lors d'un vote, à demander le boycottage des JO de Pékin, comme ils en avaient brandi la menace, en avril, en pleine répression des émeutes de Lhassa.


Au lieu de cela, le Parlement européen se contente d'appeler la Chine à respecter sa promesse d'améliorer les droits de l'hommes, promesse faite en 2001 lorsque Pékin a obtenu les JO.



Après son intervention dans l'hémicycle, le chef de l'Etat a néanmoins tendu la main à Daniel Cohn-Bendit, l'invitant "travailler avec Bernard Kouchner" sur une liste de prisonniers politiques en faveur desquels il est prêt à intervenir auprès de Pékin.

source :http://www.ouest-france.fr/ 

 

( ça fait du bien )  

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu