Avertir le modérateur

18/01/2009

Fallait peut-être pas détruire la banque de FRANCE

 

" Chargée de l’instruction portant sur les marchés de l’informatisation des collèges au conseil général, la juge Patricia Simon se plaint officiellement du manque de coopération de la police. Plus précisément des enquêteurs de la division nationale des infractions financières (DNIF), désignée pour mener les investigations sous sa direction.

Dans un courrier du 9 janvier adressé à la DNIF, avec copie au procureur de Nanterre, Philippe Courroye, la juge déplore l’inaction des enquêteurs. Au point que les investigations s’en trouvent bloquées depuis l’automne dans ce dossier ouvert pour favoritisme, faux, corruption et même blanchiment… Selon nos informations, les relations entre la juge et les enquêteurs sont effectivement très tendues. Les policiers lui reprocheraient de réclamer des investigations inutiles, dont ils estiment qu’elles ne mèneront nulle part....
L’affaire porte sur les marchés d’informatisation des collèges, entamée dans les années 1990, sous l’ère Pasqua..."
source LE PARISIEN 15 janvier 2009
pour lire la suite http://www.leparisien.fr

" Dans le cadre du plan de relance, qui concerne aussi les collectivités locales, la ville de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), très endettée, a bénéficié d'un prêt de 100 millions d'euros de la part de la Caisse des dépôts et consignations (CDC), afin d'assurer le financement de grands projets immobiliers, notamment la construction de deux tours.
pour lire la suite http://www.lexpress.fr/

C'est vrai toutes ces histoires ? Des trucs à se taper un ulcère ou une dépression !



11/01/2009

Le 9.2 c'est rock'n roll :

Rock'n roll politique des écuries d'Augias ou d'un autre monarque ...

afp-photo-167154.jpg

Photo : Pierre Verdy
"Philippe Courroye, qui a instruit l'affaire de l'Angolagate, a démenti jeudi "avoir jamais lu et vu auparavant" une note de la DST que la défense l'accuse d'avoir sciemment omis de joindre au dossier parce qu'elle était favorable à deux prévenus.

Dans un courrier adressé à l'AFP, M. Courroye, aujourd'hui procureur de la République à Nanterre, assure "n'avoir jamais été personnellement destinataire de ce document remis à l'audience publique du 5 janvier 2009 et ne l'avoir jamais vu et lu auparavant".

Lundi, le tribunal correctionnel de Paris avait joint au dossier cette note de la DST (Direction de la surveillance du territoire) de janvier 1998, produite par la défense, assurant qu'Arcadi Gaydamak avait bien joué un rôle dans la libération de deux pilotes français capturés par les Serbes en 1995.

Le lendemain, les avocats de Pierre Falcone, Arcadi Gaydamak, Jean-Charles Marchiani, Jean-Christophe Mitterrand et Charles Pasqua, tous soupçonnés d'avoir participé à un vaste trafic d'armes de guerre vers l'Angola, avaient demandé en vain une interruption du procès et un supplément d'enquête sur l'instruction, accusant le juge Courroye de partialité.

Dans sa lettre à l'AFP, celui-ci "oppose un démenti formel à cette affirmation", assurant n'avoir "jamais opéré de tri" et "avoir toujours coté à la procédure l'intégralité des pièces ou documents produits ou transmis".

"Il va de soi que si cette note était parvenue à mon cabinet, elle aurait été intégrée de la même manière à la procédure", ajoute-t-il.

Lundi, lors de la jonction de la note, le président Jean-Baptiste Parlos avait relevé que le rapport de la Commission consultative du secret de la défense nationale précisait que la déclassification du document faisait suite à une demande du juge Courroye formulée le 11 octobre 2001.

L'avis favorable à cette déclassification datait du 24 janvier 2002 et le ministère de l'Intérieur avait transmis au parquet un bordereau d'envoi le 21 février suivant.

La note assure notamment que M. Gaydamak avait rencontré à Moscou deux responsables des services de sécurité russes, ceux-ci ayant lancé une mission d'infiltration qui avait déterminé que les pilotes étaient vivants. Il aurait aussi affrété un avion sanitaire pour une mission de libération ayant finalement échoué.

Ces détails confortent la thèse de Jean-Charles Marchiani, qui assure avoir remis à l'homme d'affaires la médaille de l'Ordre du Mérite en raison de son action pour les otages, ce que l'accusation met en doute, y voyant plutôt une preuve de corruption. "

http://www.nicematin.com/
afp
© 2009 AFP afp.com
http://www.lepoint.fr/actualites/angolagate-le-mystere-du...

Date / Heure :
à toute heure et en toute saison , une sorte d'atmosphère

Où ? 
Dans les Hauts-de-Seine , à Nanterre .

Le vrai , enfin, le rock'n roll dont on a pas à rougir , c'est là :

Date / Heure :
Vendredi, 16 janv. 2009, 20:00
Où:
Le BOER
Péniche au Quai de la Gare
75013 Paris
75013

Quel rapport ?
Parfois , on pourrait devenir juge mais la vie vous colle une guitare entre les mains et vous évitez Nanterre , son T.G.I et ses clients !

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu