Avertir le modérateur

25/06/2011

Géraldine ,Levallois-Perret,métro Anatole France ,24 juin 2011

 Fixer le prénom,le lieu et la date parce que les visages s'effacent ,parfois ,surtout dans cette ville où les SDF déclarés " inexistants " restent assis sur un banc ,couchés sur un trottoir ,passent ou s'éteignent plus anonymes que les habitants indifférents qui rentrent " à la maison " .
Géraldine a surgi de nulle part ,le 24 juin 2011 ,avec son prénom et son âge ,33 ans , sa grosse couverture et ses pieds abimés par l'errance comme si elle avait parcouru tous les chemins de poussière d'un continent à l'autre .
Le café de France était ouvert ,par chance . elle s'est posée ,à la sortie du métro ,parmi les fleurs qui hésitaient à pousser ou à se dessécher ,les mains vides ,la tête pleine de mots comme des morceaux de puzzle : Cote-d'ivoire,métro,Dieu,travail,politique ,femmes,Anciens,...
Nous nous sommes assis pour l'écouter ,dans les rayons de soleil et cette douceur étrange ,faite d'humanité de de fatigue...
Elle a serré contre elle le sac vide que nous avions attrappé à la hâte dans nos réserves et souri . Elle disait que ça lui faisait du bien de parler , de libérer " tout ça " .
Parfois , ne pas comprendre n'a aucune importance : juste écouter cette langue de l'esprit étrange comme lire un livre de poésie .
Nous avons appelé le 115 parce qu'il n'y a toujours aucun abri pour ces femmes-là  à Levallois-Perret et continué à parler en redoutant l'abandon du soir .
Peu d'attente .
Pascal lui avait préparé une salade composée .
Les " hommes en rouge" sont arrivés pour l'emmener dans leur camionnette .
Elle s'est levée ,a posé sa couverture sur son épaule comme " une grande dame "  qui s'éloignait de nos regards ....

Le CERCLE THEO est une association à caractère solidaire qui organise à Levallois-Perret ,des évènements artistiques et culturels afin de venir en aide aux exclus .

Contact : zivvoug@aol.com

22/06/2011

Un peu folk, un peu rock, un peu blues" fête de la musique à Levallois-Perret

DSC_0059.JPGDeuxième édition de la Fête de la musique pour le CERCLE THEO associé au Café de France et à Mikko,Tétard & Frog ,Jean-Pierre Alexandre et Baptiste Bouillat du coté des artistes .
( Le jeu de ce mois de juin est de passer entre les gouttes en respectant la date )
La fête de la musique , c'est le 21 juin , pas un autre jour, à cause d'un détail : le solstice d'été ...
A défaut de faire un pique nique pour célébrer l’été, aller cueillir des baies, laisser dehors du miel et du lait pour le peuple des fées, remplir un bol d’armoise et faire une guirlande de fleur autour,faire passer du millepertuis dans la fumée et le pendre à l’entrée de sa maison pour la protéger comme les Anciens d'Ici ou d'Ailleurs ,nous avons croisé les guitares ,planté les micros et tendu des guirlandes d'affiches entre les petits arbres de la place .
Une soirée pour les amis qui se retrouvaient ,pour les passants , les rêveurs ,les enfants qui n'avaient pas école , le lendemain  et les " grands "  qui se ravisent ,au son de la voie de Marion ou de Marianna , juste avant de s'engouffrer dans le métro .
Une soirée pour se dire des nouvelles " d'un qui n'est pas là et qui reviendra dans un an ou deux " ....

DSC_4268.JPG

DSC_0053.jpgDSC_0036.JPGDSC_0051.jpg

24/05/2011

Parcours d'Ateliers Asnières sur Seine 2011

Dans le silence des portes refermées ,quand les visiteurs s'en étaient retournés chez eux ,on avait rangé les toiles et les outils, en se disant que tout cela était fort agréable , qu'on avait eu pour quelques heures l'impression d'être plus sensés à expliquer ce qui commençait à trouver une justification dans cette boucle de mots .
Il y avait de l'autre coté de la rue ,un café fermé pour cause de week-end qui ressemblait à un autre café disparu  .
D'une ville à l'autre , la poésie avait plus moins droit de cité comme la poussière des allées des parcs .
Le temps se perdait dans l'une au long des rues et cela n'avait pas d'importance ; on grandissait en rêvant de glycines ,voilà tout .
Dans l'autre , on perdait son fil rouge à moins de fermer les yeux très fort . On imaginait le ciel.
Une petite fille haïtienne ,assise sur le trottoir ,dessinait des cercles ,avec des sourires ,des yeux et des coeurs dedans pour qu'on ne l'oublie pas. 
On avait pris une photographie dont on découvrirait l'importance , plus tard sur un écran d'ordinateur ..toujours la poésie .
Hervé Prudon disait qu'il fallait tout faire pour ne pas déshonorer la poésie .
A la première exposition , il y avait une valise posée à terre ,remplie de livres et des pommes rouges sur les gradins noirs du Théâtre Espiègle d'Asnières .
Je ne savais pas ce que je peignais : des visages d'hommes et d'enfants pour avoir lu un roman infiniment tendre et perdu " Les hommes s'en vont " :je ne savais pas si je continuerais .
Peindre me semblait plus honnête qu'écrire .
Il y avait un énorme coffre-fort noir au bord de la scène  sur lequel on avait posé le portrait d'un banquier, comme séparé des autres. 
Puis , le théâtre avait été vendu .
Les saltimbanques et les enfants étaient partis vers leur vie .
Les mains s'inventent des racines pour s'en aller plus loin que les bras sagement replacés le long du corps .
Les mains dessinent des passerelles au dessus des jours et des voies ferrées.

DSC_0103.jpg

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu