Avertir le modérateur

15/03/2009

Lundi 16 mars : opération coup de poing !

Lundi 16 mars :
opération coup de poing !

Face à la fin de la trêve hivernale et à la reprise des expulsions, Emmaüs France s’indigne et réagit pour que la France d’en bas ne soit pas jetée à la rue.
Parce que l’expulsion est un des actes d’exclusion les plus violents.
Parce qu’expulser, ce n’est rien de moins que jeter quelqu’un à la rue.


Lundi 16 mars, de 06h00 à 12h00, sur la place de la République à Paris, l’ensemble des groupes Emmaüs de la région Parisienne viendront disposer sur la voie publique une montagne de matelas  pour manifester leur  indignation face à la reprise des expulsions et symboliser les actes violents qui se préparent contre les plus faibles.
Quelle est la situation aujourd’hui en France ?
Aujourd’hui, la France traverse une crise économique qui va amener à la suppression de près de 300 000 emplois en 2009.  Aujourd’hui, le logement représente le premier poste de budget des français, et 500 000 ménages sont en situation d’impayés de loyers. Ces impayés concernent majoritairement des ménages modestes ou très modestes qui perçoivent pourtant une aide au logement… une aide qui s’avère malheureusement insuffisante face à la dernière flambée des prix des loyers et des charges.
Aujourd’hui, près de 221 000 personnes occupent un logement sans droit et sans titre suite à une décision d’expulsion. L’année dernière, 10 000 expulsions de ménages ont été exécutées avec le concours de la force publique. Alors même que l'on estime souvent que près de 90 % des personnes expulsées sont « de bonne foi ».
Que nous propose le gouvernement aujourd’hui ?
Cette année, la loi de mobilisation pour le logement et contre l’exclusion, réduit la possibilité donnée au juge d'accorder des délais : le juge ne pourra à présent suspendre l’exécution d’une décision  judiciaire d’expulsion que pour une durée d’un an maximum contre 3 ans auparavant. Aujourd’hui, la loi favorise donc la répression au détriment de la  prévention.
Or, les ménages condamnés à une expulsion sont reconnus comme demandeurs de logement prioritaires dans le cadre du Droit au logement opposable. La logique voudrait donc que des actions de prévention soient développées afin d’éviter aux ménages  de vivre une procédure d’expulsion violente et excluante, en proposant un maintien ou un relogement prévu dans le DALO.
Par ailleurs, Madame Boutin annonçait dans une interview donnée au journal La Croix qu’elle souhaitait voir repoussée la date de la fin de la trêve hivernale de 2 ou 3 mois, tout en ajoutant qu’elle ne pouvait en aucun cas être décisionnaire… Mais 2 ou 3 mois ne changeront rien à la situation sans que de réelles réponses en matière d’actions de prévention aient été développées !

À situation exceptionnelle par sa gravité, réponses exceptionnelles : Emmaüs France et la Fondation Abbé Pierre demandent donc un moratoire pour 2009 sur les expulsions et le développement d’actions de prévention. Parce que les plus faibles d’entre nous doivent être protégés au même titre que les banques ou les constructeurs automobiles.
Les solutions que nous proposons :
•    Suspendre les expulsions locatives des personnes de « bonne foi ». en 2009 et développer des mesures de prévention des impayés de loyers tout en garantissant le dédommagement des propriétaires.
•    Rendre les enquêtes sociales obligatoires et doter les Fonds de solidarité logement des crédits nécessaires pour les réaliser systématiquement.
•    Réévaluer de 12% les aides personnelles au logement qui, depuis 2001, ont perdu 12,5% de leur impact solvabilisateur.

Malgré les déclarations de Madame Boutin,
Emmaüs France maintient la manifestation du lundi 16 mars
pour  réclamer un véritable moratoire des expulsions locatives

Emmaüs s’étonne que trois jours avant la reprise des expulsions, Madame Boutin propose une disposition qui a fait la démonstration de son inefficacité en 2008 ( 11 000 familles mises à la rue) et demande un véritable moratoire des expulsions locatives en 2009 pour les personnes de bonne foi.

Rien de nouveau : la proposition de Madame Boutin existe déjà et est inefficace.

Trois jours avant la date de reprise des expulsions locatives, Madame Boutin se préoccupe de la situation de ceux qui vont être jetés à la rue et propose de ne plus autoriser d’expulsions sans proposition de relogement ou d’hébergement. Cette disposition existe déjà au travers de la loi DALO et n’a pas empêché plus de 11 000 expulsions en 2008. Si rien n’est fait, ce chiffre augmentera très fortement du fait de la crise. Le mouvement Emmaüs et le collectif des associations unies contre le mal-logement n’ont pas demandé une déclaration d’intentions, mais un acte : engager un véritable moratoire des expulsions en 2009.

Avec la crise, le nombre d’expulsions va exploser.

La crise économique sans précédent que nous connaissons va faire exploser le nombre d’expulsions. Déjà, 1,8 millions de ménages indiquent qu’ils ont des difficultés à payer leur loyer, qu’en sera-t-il dans 6 mois alors que nous traversons une grave crise économique?

Un véritable moratoire des expulsions locatives est indispensable et urgent !

Pour garantir que personne ne se retrouvera à la rue, ou en situation précaire il n’y a qu’une seule solution : le moratoire des expulsions.

C’est pourquoi tout le mouvement Emmaüs : Emmaüs France, la Fondation Abbé Pierre, l’association Emmaüs Paris, La Confédération Générale du Logement, les Communautés d’Ile-de France, compagnons, bénévoles, salariés se mobilisent à l’heure où la loi autorise à nouveau d’expulser les personnes.

Nous appelons  à un rassemblement le 16 mars à partir de 7 h00 place de la République à Paris.


Contact Presse :
Emmaüs France / Sandrine Witeska
01 41 58 25 00

Communiqué de presse

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu